IMAGE+NATION 31 - 22 NOVEMBRE - 2 DÉCEMBRE

Postcards from London ou la célébration de l'homo-érotisme

Yves Lafontaine
Commentaires

Dans l'esprit de ce que faisait Derek Jarman, Steve McLean signe avec Postcards from London un film élégant et sexy sur le parcours d’un jeune homme qui monnaye sa compagnie, dans une vision imaginaire du quartier londonien de Soho. 

Véritable célébration de l'homo-érotisme de l'art baroque, les cartes postales que nous présente Steve McLean sont une série de scènes sophistiquées, qui ne manquent pas d’humour, et nous plongent au cœur du monde de la nuit londonienne, des néons et de Soho. Le jeune héros — incarné délicieusement par Harris Dickinson, révélé l’an dernier dans le film Beach Rats — découvre le monde de la nuit et la compagnie d’autres beaux jeunes hommes qui pratiquent le travail d’escorte et lui apprennent les règles du métier. Ces hommes, qui ressemblent aux amants de Pasolini, sont éduqués, parlent de Fassbinder et du Caravage comme d’autres parlent de la pluie et du beau temps.  

Le cinéaste Steve McLean trahit son admiration pour l’esthétique de Fassbinder avec ses marins qui rappellent Querelle et Jean Genet et ses filles de bar qui, comme Jeanne Moreau, pourraient chanter Oscar Wilde et «Each man kills the thing he loves» pour passer le temps. Ces jeunes hommes vendent non seulement leur corps mais aussi leur présence artistique et intellectuelle à leur clientèle, composée d’homosexuels vieillissants qui trouvent le cheminement difficile et ne voient leur salut que dans la compagnie de  jeunes, recréant pour l’occasion les ambiances les plus variées, parfois des plus kitsch et des plus hilarantes. 

Ainsi un monsieur obèse, costumé en Jules César, demande au jeune homme d’interpréter Saint Sébastien sur la croix, juste avant les flèches – qu’il a prévues tout de même à bouts arrondis. Si Saint Sébastien ne parle pas latin comme chez Derek Jarman il a pourtant quelque chose de ce qu’en avait fait le cinéaste anglais, avec, en plus, la photographie douce et un peu décalée, à la Pierre et Gilles, dont l’univers est très proche de ce joli film.

Le héros est victime du syndrome de Stendhal qui le fait tomber inanimé devant les œuvres d’art de grande qualité, il faut dire que le cinéaste, qui fréquente visiblement les musées, nous offre à contempler quelques Caravage et un Titien auxquels il est impossible de résister. Une œuvre atypique et superbe, qui mêle à la fois humour et tendresse, dans un univers souvent âpre qui fait peu de cadeaux. 

POSTCARDS FROM LONDON sera présenté au Cinéma IMPÉRIAL, le jeudi 29 novembre, à 19h, dans le cadre du festival Image+nation, qui se tient du 22 novembre au 2 décembre.

 

 

POUR LIRE NOS AUTRES ARTICLES SUR LES FILMS PRÉSENTÉS AU FESTIVAL IMAGE+NATION, CLIQUEZ!

 

22 novembre 2018 

 

23 novembre 2018 

 

24 novembre 2018 

 

25 novembre 2018 

 

26 novembre 2018 

 

27 novembre 2018 

 

28 novembre 2018 

 

29 novembre 2018 

 

30 novembre 2018 

 

1 décembre 2018 

 

2 décembre 2018