Du 13 au 16 décembre

«Ensemble» pour le Projet Laramie

Michel Joanny-Furtin
Commentaires
«Ensemble» pour le Projet Laramie

Il y a 20 ans, Matthew Sheppard, un étudiant de 22 ans du Wyoming, était victime d’un crime homophobe. Cette histoire a fait l’objet d’un film et d’un documentaire. Mais aussi d’une pièce de théâtre, «Le Projet Laramie» de Moisés Kaufman, que va présenter la toute nouvelle compagnie théâtrale LGBTQ+ «Ensemble», nouvellement créée à Montréal. Rencontre avec son créateur Jean-François Quesnel.

«En créant Ensemble, mon objectif est de nous donner la possibilité d’être nous-mêmes, tout en vivant notre passion pour le théâtre… ensemble ! C’est un projet d’équipe pour aller chercher la diversité, que chacun puisse s’impliquer et se sentir bien, sans préjugés. Actuellement, nous sommes onze comédiens dont plusieurs professionnels et quelques amateurs aguerris, explique Jean-François Quesnel.
 
Avec la collaboration de Michèle Macaigne, Laura Fortin signe la mise en scène. «Elle a déjà joué Le Projet Laramie lors d’une production en… Ouganda pendant trois mois dans le cadre d’une activité LGBT; un hétéro a même participé courageusement à cette production», relate J.-F. Quesnel. «Laura nous l’a proposé parce qu’il y a plus de 50 rôles dans cette œuvre et que c’est à la fois un défi et une belle opportunité pour les onze comédiens d’exercer leur talent en incarnant chacun 4 à 5 personnages. On a trouvé que c’était une pièce parfaite pour lancer la compagnie Ensemble.»
 
«Le piège réside dans la multiplicité des personnages, explique Laura, et qu’il est complexe d’aller chercher des choses différentes d’un rôle à l’autre. Il n’y en a pas deux dans le même style. Sans oublier d’autres enjeux comme la logistique des changements de costumes et de décors. En fait, Le projet Laramie, c’est un peu un ballet… Le texte confronte les oppositions, et beaucoup de contradictions», avance Laura Fortin. «L’écriture de Moises Kaufman ne porte pas de jugement, le spectateur rebalance les choses. On y observe l’évolution de certains personnages et comment ils confrontent des émotions qu’ils ne se sont jamais révélés à eux-mêmes…»
 
Jean-François QuesnelLe contexte particulier de Laramie
«Le comédien Emmanuel Schwartz en a fait la traduction en français du Québec. Il nous a offert les droits d’adaptation de sa traduction», déclare fièrement Jean-François Quesnel. Après le meurtre de Matthew Sheppard, la pièce retrace, sous la forme de témoignages, l’impact d’un tel crime de haine dans l’histoire d’une communauté rurale du Midwest: Laramie, Wyoming, une petite ville de 30 816 habitants dans l’un des états les plus vastes et pourtant le moins peuplé. Siège de l’Université du Wyoming, elle y est le plus gros employeur de la région. Un contexte semi-rural particulier, où se joue une autre forme de lutte des classes…
 
«Élizabeth Roy a réalisé une bande annonce promotionnelle à découvrir sur les réseaux sociaux», rappelle Jean-François. «Et grâce à plusieurs partenaires, un cocktail de bienvenue sera offert avant chaque représentation avec une prestation musicale de la violoniste Sara Demers. Il reste quelques billets, dépêchez-vous !» 
 
«Le Projet Laramie» par le Théâtre Ensemble.

Salle Paul-Buissonneau, Centre culturel Art-Neuf.
3819, rue Calixa-Lavallée (Parc Lafontaine), Montréal.

Jeudi 13, vendredi 14 et samedi 15 décembre à 20h
et le dimanche 16 décembre à 14h (2 heures sans entracte / 22$)

Pour informations et billets :
www.theatre-ensemble.com/laramie.html