actus

Rétrospective de la carrière grandiose de Marcel Barbeau au MNBAQ

Éric Whittom
Commentaires
barbeau

Le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) présente jusqu’au 6 janvier 2019 une première rétrospective des œuvres de Marcel Barbeau (1925-2016), peintre et sculpteur québécois en art contemporain. Élève de Paul-Émile Borduas en dessin, il a étudié en ébénisterie et en design en compagnie de Jean-Paul Riopelle et du photographe Maurice Perron. Avec ces derniers notamment, il a fait partie du groupe des Automatistes et il a signé le manifeste du Refus global publié en 1948, à Montréal.

L’exposition intitulée Marcel Barbeau. En Mouvement est née d’une initiative de la veuve de l’artiste, Ninon Gauthier, historienne de l’art et sociologue. Elle retrace une carrière grandiose et prolifique de plus de 70 ans qu’il a amorcée au milieu des années 1940. Les dernières toiles exposées au MNBAQ datent de 2013. Son intérêt pour l’art s’est toutefois manifesté jusqu’à sa mort à l’âge de 90 ans, le 2 janvier 2016, rapporte en entrevue à Fugues la commissaire de l’exposition, Eve-Lyne Beaudry, conservatrice de l’art contemporain au MNBAQ. «Il avait acheté des pinceaux peut-être deux à trois semaines avant son décès. Je pense que c’était une façon pour lui de rester en vie.»
 
mnba
 
Selon elle, son «esprit de recherche» caractérise son œuvre. «Marcel Barbeau ne restait jamais cantonné dans une production qui le confortait. Quand il se sentait à la limite de ce qu’il faisait, il changeait toujours. Cet esprit de recherche était, à l’époque, très d’avant-garde […]. Cette notion de mouvement est attribuable à cette volonté de toujours vouloir se dépasser, de ne jamais se répéter.»
 
barbeau
 
C’est la première fois que le MNBAQ expose dans le pavillon Pierre Lassonde les créations en solo d’un artiste québécois. Les visiteurs pourront découvrir une centaine d’œuvres, beaucoup de grands formats et quelques sculptures en métal. «Avec ses grands formats, je pense que Marcel Barbeau voulait toucher les gens, les émouvoir», croit Eve-Lyne Beaudry. Marcel Barbeau a utilisé divers mé-diums pour créer ses œuvres picturales, notamment l’huile, l’acrylique, la gouache, l’encre et le crayon-feutre. Les lignes, les traits, les taches, les formes diverses, les contrastes en noir et blanc, les couleurs et même les jeux optiques prédominent dans ses tableaux. «Au fil du temps, son attrait pluridisciplinaire s’est exprimé dans des disciplines artistiques aussi variées que le dessin, la peinture, le collage et la sculpture, ainsi qu’au sein de performances picturales réalisées avec des comédiens, des musiciens et des danseurs», souligne dans son communiqué le MNBAQ.
 
Les visiteurs sont invités à parcourir l’exposition avec la trame sonore Formes instants qui regroupe une trentaine d’extraits musicaux de compositeurs contemporains du Québec sous la direction du compositeur Yannick Plamondon. Le catalogue Marcel Barbeau: en mouvement, qui contient notamment près de 250 photos et le témoignage Souvenirs épars d’un poète visuel de Ninon Gauthier, est en vente à la librairie-boutique du MNBAQ et dans d’autres librairies au prix de 49,95$.