Egalité / Mariage

Pour le patron de Grindr le mariage ne peut être que «l’union sacrée d’un homme et d’une femme»

Sébastien Thibert
Commentaires

Le nouveau président chinois et hétérosexuel de l'application de rencontres gaies GRINDR, Scott Chen, a déclaré qu'il estimait que le mariage était «une union sacrée entre un homme et une femme», prenant ainsi le risque de choquer sa clientèle sur le sujet sensible de l'égalité. 

Le responsable de l'application de rencontres gaies, marié à une femme, a déclaré: «Je suis un homme hétérosexuel marié à une femme que j'aime et j'ai deux belles filles que j'aime née de ce mariage. C'est ce que je ressens pour mon mariage. Différentes personnes ont des sentiments différents à propos de leur mariage mais vous ne pouvez pas nier mes sentiments à propos de mon mariage». 

Le président de Grindr a fait ces commentaires dans un post sur Facebook en commentaire de l’attitude de la patronne de HTC, une organisation anti-mariage gai, avant le référendum sur le sujet à Taiwan.

«Il y a des gens qui croient que le mariage est l’union sacrée entre un homme et une femme. Je suis d’accord, mais ce n’est pas nos affaires. Il y a aussi des gens qui croient que le but du mariage est de créer des enfants porteurs de leur ADN. Ce n’est pas non plus notre affaire. Il y a des gens qui sont simplement différents de vous et qui veulent désespérément se marier. Ils ont leurs propres raisons», t-il aussi affirmé.

Assez étrangement, ces propos ont été médiatisés par le média Into, qui appartient à nul autre que l’entreprise qui possède maintenant Grindr. Rappelons que l’appli de rencontre appartient depuis l’an dernier à l’entreprise chinoise Kunlun.

Ces propos très conservateurs sur la valeur «sacrée» du mariage hétérosexuel dans la bouche du propriétaire de l'une des plus importantes appli de rencontres entre hommes ont choqué plusieurs clients de GRINDR et, au delà, la communauté LGBT mondiale.

Scott Chen a dû tenter de se rattrapper en expliquant que le mariage était «une affaire personnelle» et qu’il souhaitait surtout que le public ne fasse pas de don à des organisations anti-LGBT mais plutôt à des causes comme «la faim, la pauvreté, la souffrance causée par la guerre. Je n'achèterai plus jamais de produits HTC, et je ne donnerai jamais un sou à aucun groupe chrétien à Taiwan!», s'est-il lui même défendu alors qu'il est soupçonné d'avoir soutenu cette organisation depuis quelques années..

Scott Chen a rejoint Grindr après son rachat par la société chinoise Beijing Kunlun Tech l'année dernière et est devenu président de la société en août dernier.

Bien que l'appli se présente comme défenseure de la cause LGBT, elle n’en est pas à son premier scandale. En mars 2018, l’appli a été critiquée pour un souci de sécurité qui a fait fuiter les données privées de millions d’usagers, y compris des messages et le lieu où ils se trouve. En Avril, plusieurs associations de soutien aux personnes vivant avec le VIH ont appelé à un boycott de GRINDR, qui transmettait les données sur le statut sérologique de ses utilisateurs à des entreprises tierces.

Sources : Komitid, Tetu et Libération