Télé Pays-Bas

Une émission de sportive fortement critiquée pour son homophobie

Yannick LeClerc
Commentaires

Devenus monnaie courante, les commentaires et comportements irrévérencieux des analystes sportifs d’une émission télé envers la communauté LGBT sont de moins en moins tolérés et provoquent de plus en plus de critiques.

Les Pays-Bas sont le théâtre d'une levée de boucliers contre le harcèlement systématique de la communauté LGBT au sein d'une émission télévisée. Devenus des habitués, au fil des mois, de remarques déplacées ou carrément homophobes envers les homosexuels et autres minorités sexuelles, des commentateurs de football d'une émission de la chaîne de télévision RTL sont sous le feu de critiques de toutes parts.

Le dernier épisode en date concerne la remarque de l'un d'eux ayant qualifié de « petits homos hystériques » deux adolescents gais amateurs de football à l'origine d'une pétition auprès de la Fédération de football néerlandaise demandant de faire cesser les discriminations dans ce sport. « Il suffit d'un peu de cran pour sortir du placard », a-t-on entendu durant la dernière diffusion de l'émission « Voetbal Inside ».

Voici quelques semaines, ces journalistes avaient été particulièrement irrévérencieux envers un confrère belge transgenre en se présentant devant les caméras avec des perruques aux cheveux longs. « Appelez-moi Renata, et non plus René », avait raillé l'un d'eux.

Nombreuses réactions

Ces débordements devant les caméras ont fini par soulever un vent de protestations. La ministre en charge de l'émancipation, Ingrid van Engelshoven, est montée au créneau pour demander aux commentateurs de s'expliquer avec elle au cours d'un débat public. Pour leur part, les réseaux sociaux ont lancé une campagne hashtag pour faire réfléchir plus « loin que le bout de leur nez » ce trio de commentateurs sportifs. Nombre d'internautes LGBT y font part de leurs expériences malheureuses face à leur orientation sexuelle, notamment dans les milieux sportifs.

Les commanditaires de l'émission, Heineken et Gillette, connus pour leur politique d'intégration et d'inclusion, avaient déjà par le passé demandé des explications à la chaîne RTL qui diffuse l'émission. Mais elle s'est toujours défendue, estimant que les frontières de la discrimination n'avaient jusqu'à présent jamais été franchies. De son côté, la Fédération de football s'est, elle, prononcée en faveur d'une prochaine campagne de lutte contre l'homophobie dans les stades.