International

L'accord de libre échange États-Unis-Mexique-Canada laisse les droits LGBT de côté

L'équipe de rédaction
Commentaires

La protection contre les discriminations des personnes LGBT a été retirée de l'Accord de libre-échange nord-américain à la dernière minute. Non seulement le texte a été assoupli, mais les États-Unis ont également obtenu un retrait de facto de tout engagement dans une note de bas de page.

Justin Trudeau, Donald Trump et Enrique Peña Nieto ont signé l'accord vendredi dernier en marge du sommet du G20 à Rio de Janeiro. Le nouvel accord États-Unis-Mexique-Canada, qui vise à remplacer l'accord de libre-échange conclu il y a plus de 20 ans dans l'ALENA, devait à l'origine stipuler à l'article 23 que tous les pays devraient «adopter des réglementations pour aider les employés à lutter contre la discrimination au travail fondée sur le sexe», protéger «l'orientation sexuelle et l'identité de genre», et inclure la protection contre le harcèlement sexuel. Cependant, le texte signé ne mentionne que le fait que les trois pays devraient «envisager» de telles dispositions.

Dans une note de bas de page, les États-Unis ont également convenu que les réglementations en vigueur sur leur législation du travail étaient suffisantes et que, par conséquent, «aucune autre initiative législative sur cette question n'est nécessaire».

Actuellement, contrairement au Canada et au Mexique, les États-Unis ne protègent pas les homosexuels et les transgenres de la discrimination dans le droit du travail. Jusqu'à présent, seule la moitié des États américains ont adopté des lois régionales anti-discrimination, la plupart contrôlés par les démocrates.

Le texte a apparemment dû être modifié en raison de la résistance des opposants aux droits LGBT au parlement américain. 40 membres républicains du Congrès avaient déclaré qu'ils ne soutiendraient pas l'accord si le texte incluait le paragraphe favorable aux LGBT.

Les représentants des trois pays doivent encore ratifier le traité pour qu'il puisse entrer en vigueur.