Personnalité

Le lutteur gai Dave Marshall fait de la porno pour lutter contre le suicide

Yannick LeClerc
Commentaires

Habitant la ville de Perth en Australie, David Marshall est coach sportif et lutteur. Ce jeune homme de 29 ans racontait récemment au Gay Star News australien «être passionné par les sports de combat depuis tout petit. C’est comme regarder des super-héros dans la vie réelle.»

Ce rêve David Marshall l’a eu à l’esprit tout au long de sa carrière. Aujourd’hui sous contrat avec la Southern Hemisphere Wrestling Alliance il combat aussi pour défendre ses convictions. «Mon personnage de catch est une version beaucoup plus arrogante et agressive de moi-même» avoue t’il.

Gai et lutteur

Son coming out David l’a fait peu de temps après avoir commencé la lutte. Un événement marquant qu’il n’a jamais voulu cacher à ses coéquipiers. «Mes premiers gars je les ai rencontré alors que jétais étudiant, mais je me cachais. Il fallait que ca reste secret». Bien que le milieu du sport est réputé intolérant, David Marshall soutient n’avoir, lui-même, jamais été victime d’homophobie. «Tout le monde a été très bienveillant avec moi et leur regard sur moi n’a jamais changé» confesse le jeune homme.

Le porno... par conviction

David Marshall, encouragé par son ex, s’est inscrit sur le site Only Fans. Sur cette plateforme de diffusion, accessible uniquement sur abonnement, il a commence à proposer des vidéos amateur très coquines. En quelques jours, ses vidéos, tournés avec son chum ou avec dautres amis, on récolté pas moins de 5 000 dollars. Au moment de la rédaction de cet article, la somme récoltée avait dépassée les 25 000$ australiens.

Cet argent, le jeune homme va en faire don à l’association Beyond Blue qui fait de la prévention contre le suicide chez les jeunes LGBT. «Je vois au quotidien à quel point la dépression et l’anxiété sont devenues presque négligées dans la société», explique David. «Mon père s’est suicidé l’année dernière. C’est aussi pour lui que je fais tout ça».

Rappelons que le taux de suicide chez les LGBT, en particulier chez les jeunes, est alarmant.



 

SOURCES : GayStarNews et PinkNews