Du 23 au 26 janvier - Bach et Gira de Grupo Corpo

Regard sur la danse contemporaine

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Bach et Gira de Grupo Corpo

Ils seront 22 danseurs sur scène pour présenter Bach en première partie et Gira en seconde. Près de vingt ans séparent ces deux créations du chorégraphe brésilien Rodrigo Pederneiras, co-fondateur de la compagnie Grupo Corpo. Pour leur quatrième venue à Montréal, le chorégraphe a choisi de montrer l’évolution de sa création au fil du temps.

Rejoint à Bel Horizonte au Brésil, Rodrigo Pederneiras, inquiet comme beaucoup d’autres de l’arrivée au pouvoir du président d’extrême-droite, Jair Bolsonaro, garde espoir et considère son art comme une forme de résistance aux dérives conservatrices.
 
Grupo Corpo a été fondé en 1975 par Paolo Pederneiras, le frère de Rodrigo; la compagnie a su s’implanter sur la scène nationale et internationale comme emblématique de la danse contemporaine brésilienne. «Jeune, je voulais devenir chef d’orchestre, nous confie Rodrigo Pederneiras, puis j’avais 15 ans quand j’ai assisté à des spectacles dans lesquels dansait ma sœur Miriam et cela a été une révélation pour moi». Le jeune homme prend alors des cours de danse classique et tout naturellement entre les frères et sœurs, une compagnie informelle se met en place. «Nous devons beaucoup à nos parents, qui nous ont toujours soutenus dans nos choix, continue Rodrigo Pe-derneiras, et nous avons travaillé pendant une dizaine d’années à faire reconnaître notre compagnie». Même si encore aujourd’hui, ils sont cinq Pe-derneiras à gérer Grupo Corpo (le fils de Rodrigo, Gabriel travaille aux éclairages), pour Rodrigo, la famille, c’est avant tout la compagnie, et celles et ceux qui la composent.
Bach et Gira de Grupo Corpo
Mais Rodrigo Pederneiras, malgré la reconnaissance et le succès de ses créations, nourrissait une ambition qui teintait alors sa recherche, celle de trouver une écriture chorégraphique qui s’éloigne de la danse classique pour y imposer une marque plus proche de la culture de son pays. «Cela m’a pris plusieurs années, avec ce que je peux avancer comme des erreurs, avant de trouver la marque qui est aujourd’hui celle de Grupo Corpo, explique Rodrigo Pederneiras, je voulais que la danse soit un ancrage avec la culture brés­ilienne pas seulement traditionnelle mais aussi contemporaine». Ainsi, le créateur va introduire dans sa grammaire des emprunts à des danses traditionnelles, comme le xaxado, la samba, la capoeira et les danses de salon avec des inspirations venues de danses développées par les jeunes dans les rues.
 
La signature brésilienne imprime les chorégraphies de Grupo Corpo tout en gardant des accents plus classiques comme avec la création Bach (1996). Le compositeur Marco Antônio Guimarães a revisité l’œuvre du compositeur allemand pour servir d’écrin aux interprètes sous les éclairages de Paulo Pederneiras. «Nous voulions présenter deux œuvres qui résument bien la signature de Grupo Corpo, avec Bach, et Gira, créée en 2017. On y voit aussi l’évolution de notre travail», conclut le chorégraphe.
 
En 43 ans d’existence, Grupo Corpo a rayonné sur toutes les grandes scènes internationales et est devenu un incontour­nable de la danse contemporaine latine. Autant de raisons de se précipiter au théâtre Maisonneuve et mettre de la chaleur au cœur de l’hiver. 
 
Bach et Gira par Grupo Corpo,
Chorégraphie de Rodrigo Perdeneiras présentée dans le cadre de Danse Danse
Du 23 au 26 janvier 2019 au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts.