Allemagne

Le parlement allemand ajoute un troisième genre aux actes de naissance

Alain Poirier
Commentaires

Le parlement allemand a adopté une loi qui ajoute un troisième genre aux certificats de naissance pour les personnes nées intersexuées.

L'option vierge sur les formulaires, instituée en Allemagne en 2013, sera remplacée par une option « divers » pour les nouveau-nés dont l'anatomie sexuelle ne correspond pas à l'homme ou à la femme binaire.

Les personnes intersexuées pourront également changer de sexe et de prénom sur leurs actes de naissance si elles estiment avoir reçu le mauvais sexe à la naissance, bien que cela nécessite généralement un certificat médical.

Les modifications de la loi, adoptées jeudi 13 décembre par le Bundestag, sont intervenues après que le plus haut tribunal du pays se soit prononcé en faveur d'une personne intersexuée cherchant à ajouter un troisième sexe aux documents officiels en novembre 2017.

La Cour constitutionnelle fédérale a ordonné qu'à la fin de 2018, le Parlement soit tenu de reconnaître légalement une autre option liée au genre dès la naissance ou de supprimer totalement le genre des documents.

Certains militants partisans des LGBT, dont Anton Hofreiter, chef du groupe parlementaire des Verts, ont déclaré que la loi n’allait pas assez loin.
Il s'est notamment opposé à la nécessité pour les personnes de fournir un certificat médical avant toute modification de leurs documents. 

Henny Engels, membre du conseil d’administration de la Fédération des gais et lesbiennes d’Allemagne, a également critiqué la nouvelle loi, estimant que celle-ci était trop axée sur les caractéristiques physiques. « Le genre, ce n'est pas seulement des signes physiques définis, mais aussi des facteurs sociaux et psychologiques », a-t-il souligné.

Des députés conservateurs ont soutenu l'obligation d'un document médical, tel Marc Henrichmann, membre de la CDU, qui a déclaré que cela signifiait que les personnes ne pourraient pas auto-identifier leur sexe.