À regarder

Une bonne manière de débuter l’année télé

Luc-Alexandre Perron
Commentaires
A MILLION LITTLE THINGS

Bonjour chers lecteurs et lectrices. Avant de débuter notre safari télévisuel mensuel, je vous souhaite une magnifique année 2019! Voyons maintenant ce qui est présentement diffusé à la télé ce mois-ci. Profitez du fait qu’il fait froid pour rester assis confortablement devant votre écran.

Tales of the City. Je vous confirme ici ce dont je vous avais parlé il y a quelques temps, soit la suite de Tales of the City sur Netflix, dont la sortie est prévue pour 2019. Plusieurs comédiens vont reprendre leur rôle respectif, dont Laura Linney (Mary Ann Singleton), Olympia Dukakis (Anna Madrigal), Paul Gross (Brian Hawkins) et Barbara Garrick (DeDe Halcyon). L’histoire reprendra vers la fin du 5e tome de la série de romans éponymes, soit bien après la mort de Jon Fielding, l’amant de Michael Tolliver, au moment où Mary Ann revient à San Francisco de New York, où elle est devenue une grande animatrice de télévision. Shawna Hawkins, la fille de Mary Ann sera interprétée par Ellen Page, comédienne qui a fait son coming out l’an dernier, affirmant qu’elle était lesbienne. De nombreux personnages LGBTQ (gais, lesbiennes, bisexuels, transgenres hommes et femmes) peuplent l’univers d’Armistead Maupin, l’auteur, en fait les hétérosexuels cisgenres (soit une personne qui s’identifie à son sexe biologique déterminé à la naissance) sont une rareté. Et tous sont plus attachants les uns que les autres. Et c’est le sexy Murray Bartlett (qui jouait dans Looking), qui campera le rôle principal, soit celui de Michael Mouse Tolliver. J’ai déjà hâte de visionner les aventures de ce groupe de joyeux lurons dans les rues de San Francisco! Découvrez ou redécouvrez les joies et les peines des locataires du 28 Barbary Lane. Une bonne raison pour s’abonner à Netflix! Et je vous le garantis, vous allez tomber sous le charme de ces personnages hors de l’ordinaire, que vous soyez hétéros ou LGBTQ+. Il y en a vraiment pour tous les goûts, tous les âges et tous les styles. Et San Francisco est plus belle que jamais!
 
A Million Little Things. Qu’est-ce qui constitue une véritable amitié? Un million de petites choses. Quatre amis de longues dates partagent tout de leur vie, jusqu’à ce que, soudainement et apparemment sans raison, un des leurs se suicide en sautant du balcon de son bureau situé dans une tour à multiples étages. Le choc est brutal pour sa famille et ses amis. Pourquoi avoir commis ce geste irréparable? Les questions demeurent sans réponse. Les trois hommes qui ont survécu à leur ami décident donc de célébrer la vie et tentent de retisser leurs liens sans la présence de leur copain décédé. Mais pour le public, les réponses existent. Par exemple, avant de se suicider, leur ami a laissé une enveloppe, qui a été cachée par sa secrétaire. Aussi, un des quatre avait une aventure romantique avec la conjointe de celui qui s’est tué et il avait d’ailleurs décidé de quitter sa femme pour celle qu’il aimait vraiment et qui est maintenant veuve. De plus, il y a plus d’un homme suicidaire dans le groupe. De nombreux secrets planent dans cette dramatique, très bien ficelée. Dans la vie, qu’est-ce qui nous motive à avancer? Qu’est-ce qui nous garde en vie? Quelle est l’importance de nos amis?  Peut-on mentir à nos proches sans qu’il y ait de conséquences? Voilà la trame de ce qu’on découvre chaque semaine. Un million de petites choses nous relient, mais un million de petites choses peuvent nous détruire. La dramatique se situe à Boston et les images et les décors sont fabuleux. Idem pour la trame sonore. À suivre avec intérêt chaque semaine.
 
The Rookie. John Nolan (Nathan Filion) est maintenant dans la quarantaine, époque où on se remet en question. Il se trouve confronté à plusieurs événements qui vont le mener à une introspection en profondeur. D’abord, il vient de se séparer de sa femme. Et son fils, vient de quitter pour l’université. En passant par la banque pour déposer des documents dans son coffret, Nathan fait face à des voleurs de banque.  Plutôt que de rester face au sol, il décide de confronter les hommes masqués. Sans réaliser le risque auquel il fait face, il reste debout. Face à ce moment ébranlant de sa vie, John décide de s’inscrire à l’académie policière, réalisant ainsi un vieux rêve, soit de faire partie des forces policières. Il débarque donc à Los Angeles, en Californie et devient par le fait-même, la recrue («the rookie») la plus âgée dans l’histoire du poste de police. Il sera rapidement confronté à la condescendance des policiers en fonction. Peu importe son âge, un homme en uniforme, c’est toujours sexy! La série est ori-ginale, car même si c’est une émission policière, on y combine, drame, action et humour. Un beau mélange.
THE?ROOKIE
 
Instinct. Diffusée depuis mars dernier, cette série est vraiment spéciale. Ima-ginez : Un auteur gai, professeur à l’université et ancien mercenaire pour la CIA, est réduit à retourner à son ancienne vie par une détective ambitieuse de New York. Son but : retrouver un criminel, tueur en série. Je dois avouer que c’est assez tordu comme émission. Dans  le rôle  principal de Dylan Reinhart, on retrouve Alan Cumming, acteur ouvertement gai, et il domine la distribution avec son aplomb habituel. C’est aussi lui qui produit la série. De plus, dès le début de la première saison, on rencontre le mari du professeur, Andrew Wilson, joué par Daniel Ings. À écouter, ne serait-ce que pour l’audace de présenter un couple gai comme acteurs principaux d’une série policière. Ça frappe dans le mille! La deuxième saison est en route et le public a bien hâte de connaître la suite des aventures du principal intéressé. La série se base sur le livre de James Patterson, Murder Games. Et puisque Dylan est aussi écrivain, il a besoin d’un agent littéraire, Joan Ross, campée par nulle autre que Whoopi Goldberg!
 
Gone / Recherché. Série qui rappelle beaucoup Criminal Minds. Une équipe d’élite se concentre sur les cas de disparitions mystérieuses ou d’enlèvement. Chris Noth, qui interprétait Mister Big dans Sex & the City, tient le rôle principal. Chaque épisode constitue une histoire en soi. Donc, vous pouvez choisir ce qui vous intéresse dans la dramatique. Les récits se veulent très crédibles et on y croit. Une série qui a beaucoup de potentiel et qui risque d’attirer un bon public. La narration bien que neutre passe au travers du regard de Kit Lannigan, une jeune agente qui fut elle-même victime d’un enlèvement lorsqu’elle était enfant. Maintenant, elle travaille avec l’escouade. Excellente en arts martiaux, elle n’hésite pas à frapper pour obtenir les informations dont elle a besoin pour mener ses enquêtes. À travers les flashbacks, on réussit à construire la vie  passée de la principale intéressée et comprendre ce qui lui est arrivé. On comprends rapidement que c’est son patron qui lui a sauvé la vie il y a de nombreuses années. Cette dramatique semble anodine au premier regard, mais c’est vraiment de la bonne télévision. Notez que cette série est disponible en français, sous le titre de Recherché sur Addiktv. 
 
GONE
 
Picnic at Hanging Rock. Le roman qui a inspiré cette série dramatique a été publié en 1967. Mais je me souviens surtout du film adapté en 1975. Maintenant, nous avons droit à la série télé. Un vieux manoir reconverti en collège privé pour jeunes femmes en Australie accueille la crème de la crème. Mais le jour de la St-Valentin, le 14 février 1900, un groupe d’étudiantes et d’enseignantes organise un pique-nique à la campagne. Trois étudiantes ne reviendront pas. Leur disparition causera tout un émoi dans la haute société. Que s’est-il passé? Celles qui sont de retour ne semblent pas avoir de réponse à offrir. Une histoire où plane la suspicion. Et où tant les étudiantes que les institutrices semblent avoir quelque chose à cacher. Plusieurs personnages de la série appartiennent aux groupes LGBT. Mais en 1900, cette notion n’existait même pas; les gens vivaient leur vie amoureuse en secret. Michael Fitzhubert est homosexuel. La professeure de géographie, Greta McGraw est lesbienne et a été reniée par sa famille, particulièrement pas son père, à cause de son orientation sexuelle, inacceptable à cette époque. . Ce qui ne l’empêche pas de vivre une relation amoureuse avec Marion Quade. Le climat de mystère flotte toujours dans chaque épisode, comme s’il y avait toujours quelqu’un qui sait quelque chose que les autres ignorent. Par conséquent, nous nous questionnons en permanence à savoir qui est qui et qui a fait quoi. Ne manquez pas un épisode car sinon vous aurez de la difficulté à suivre l’histoire. Une série australienne qui se transpose facilement en Amérique vu son contenu et son histoire.
 
Picnic at Hanging Rock
 
Changer de sexe : La transformation. Une série anglaise, traduite en français et diffusée sur Canal Vie. On suit le parcours de transgenres qui doivent avoir recours à la chirurgie pour diverses transformations. C’est très touchant. On se concentre par contre sur l’aspect biologique et physiologique plutôt que sur le côté psychologique. De nombreuses chirurgies sont présentées, que ce soit la féminisation du visage, incluant réduire le nez, le menton, la ligne capillaire. Mais aussi, l’opération la plus fréquente chez les femmes transgenres, soit l’augmentation mammaire. Suite aux interventions, les femmes affirment pratiquement toutes qu’elles se voient dans le miroir pour la première fois tel qu’elles se percevaient. L’aspect chirurgical est un peu perturbant, je vous préviens, on ne nous épargne aucun détail. Mais je dois admettre que les intervenants sont sympathiques et on s’attache à eux. Et en bout de compte, les transformations surprennent car elles sont vraiment à couper le souffle. On suit aussi l’impact de la transformation sur l’entourage des gens qui subissent une transformation. Par exemple, une femme, née homme, doit expliquer sa transition à ses enfants. Vraiment instructif.