Québec

Réouverture du Pavillon Gérard-Morisset du MNBAQ avec 3 nouvelles expos

Éric Whittom
Commentaires

Le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) présente les trois nouvelles expositions suivantes coïncidant avec la réouverture de son pavillon Gérard-Morisset rafraîchi pour ses 85 ans: 350 ans de pratiques artistiques au Québec, Mirage Blanc et D’où venons-nous? Que sommes-nous? Où allons-nous? Près de 700 oeuvres de ses collections d’art ancien et moderne sont exposées, «dont plus de 400 n’ont jamais été dévoilées», souligne le MNBAQ. 

Elles datent du 17e siècle à aujourd’hui et diverses pratiques artistiques sont montrées (peintures, sculptures, pièces d’orfèvrerie et de mobilier, arts graphiques et photographies).

L’exposition 350 ans de pratiques artistiques au Québec occupe cinq des sept salles rénovées avec un thème dédié à chacune d’entre elles: Croire, Devenir, Imaginer, Ressentir et Revendiquer. «Elle offre un panorama audacieux de l’histoire de la culture visuelle, de l’époque de la Nouvelle-France jusqu’à la contre-culture des années 1960», précise le MNBAQ. Dans la salle Croire, ce sont surtout des oeuvres religieuses qui dominent, dont certaines ont été importées de France. D’impressionnantes sculptures en dorure sont exposées. Dans la salle Devenir, des portraits peints ou photographiques réalisés dès la fin du 18e siècle sont habilement mis en valeur. Ce sont des hommes et des femmes célèbres ou des inconnus «au caractère singulier». Dans la salle Imaginer, on retrouve la peinture historique avec la présentation notamment des grandioses huiles sur toile L’Apothéose de Christophe Colomb de Napoléon Bourassa (entre 1905 et 1912) et L’Assemblée des six comtés à Saint-Charles-sur-Richelieu de Charles Alexander (1891). Dans la salle Ressentir, une sélection de paysages québécois lumineux sont présentés selon les quatre saisons. Enfin, dans la salle Revendiquer, le MNBAQ rappelle entre autres les contestations d’artistes québécois de la peinture non figurative du 20e siècle, notamment avec les trois manifestes en version électronique interactive, dont celui du Refus global publié en 1948.

L’exposition Mirage blanc présente une sélection de plus de 70 oeuvres d’une quarantaine d’artistes, qui ont employé divers médiums pour s’exprimer sur le thème de l’hiver. Pour son exposition D’où venons-nous? Que sommes-nous? Où allonsnous?, le MNBAQ s’est inspiré du titre de l’oeuvre de Jean McEwan réalisé en 1975 qui exprime «un questionnement intemporel sur l’identité». Sont exposées une quarantaine d’oeuvres que le MNBAQ a acquises récemment d’environ 30 artistes de divers horizons. «L’exposition propose de revenir sur certains pans de notre histoire, ses meurtrissures et ses zones d’ombres liées au passé et aux jours présents. Ces réflexions sont essentielles pour se redéfinir, se rassembler et s’unir, afin que ce Nous dont il est question devienne riche de diversité et corresponde ainsi à un projet de société ouverte, bâtie sur un désir d’évolution. […] Avec cette exposition et les acquisitions à venir, le Musée s’engage vers l’ouverture et l’inclusion», promet-il.

À quand alors une exposition sur le thème LGBT+?