Du 19 février au 9 mars au Prospéro

Se reconstruire avec «Cendres»

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Cendres d’Emmanuelle Jimenez.

Comment se réinventer et faire de toute perte une force? C’est ce que propose la chorégraphe et metteure en scène Menka Nagrani, fondatrice des Productions des pieds des mains, avec Cendres, un texte d’Emmanuelle Jimenez au théâtre Prospero. Une production qui allie le théâtre, la musique, la danse contemporaine et la gigue québécoise.

Les Productions des pieds des mains fêteront leurs 15 ans l’an prochain. Elles se sont fait connnaitre par des spectacles qui sortent des sentiers battus, par des approches qui marient les différentes disciplines artistiques mais aussi par l’inclusion d’artistes atypiques, comme des personnes en situation de déficience intellectuelle, entre autres dans des créations où le handicap sert le propos artistique et permet d’insuffler une réflexion à la fois artistique et sociale à travers ses oeuvres. 
 
Pour Cendres, ce sont trois acteurs-danseurs  qui incarneront deux soeurs et un frère, Gabrielle Marion-Rivard, Marylin Perreault, et Olivier Rousseau sous la direction scénique, chorégraphique et musicale de Menka Nagrani et la scénographie d’Erica Shmitz. Étienne et Viviane viennent de perdre leurs parents et leur foyer dans un feu ravageur. Leur soeur, Sophie, revient de vacances interrompues par le passage d’Irma et découvre à son retour les ruines de la maison familiale et l’urne dans laquelle se trouvent les cendres de leurs parents. Tout est donc à recommencer dans un début d’hiver, faire le deuil du passé, apprendre à vivre dans la dépossession de la mémoire, le tout sur fond de chants et  de danse percusive inspirés de la gigue et de la musique traditionnelle de chez nous. 
 
En ce sens, Cendres est une évocation sur les difficultés de recommencer à vivre, et les va-et-vient entre le désespoir qui appelle le renoncement, et la vie qui somme de se retrousser les manches pour repartir.
 
Tout comme dans sa version unique du Chemin des Passes-dangereuses, Nagrani s’inspire des éléments de notre patrimoine pour les réinvestir dans une démarche de création contemporaine aux accents de chez nous. En puisant dans le patrimoine de chant et de danses traditionnelle, Nagrani propose une nouvelle forme de théâtre musical et dansé.
 
Cendres d’Emmanuelle Jimenez.
Mise en scène et chorégraphie de Menka Nagrani.
Au Théâtre Prospero du 19 février au 9 mars 2019