Jusqu’au 6 avril

Expo Délusions Botaniques De Rihab Essayh

André-Constantin Passiour
Commentaires
Délusions Botaniques De Rihab Essayh

Le 17 janvier dernier, la Fondation Never Apart lançait sa programmation hivernale avec, entre autres, l’exposition de Rihab Essayh intitulée «Délusions Botaniques». Par cette exposition, Essayh questionne la société technologique d’aujourd’hui et la relation que nous entretenons avec l’environnement et le domaine botanique.

Délusions Botaniques De Rihab EssayhL’environnement qu’elle nous présente ici est artificiel, stérile et ambigu. Installations et projections composent cette exposition. Le spectateur est parfois enveloppé dans un environnement technologique, il expérimente ainsi la nature mais dans un contexte de technologies futures et d’intelligence artificielle. C’est ce qu’on découvrira dans sa section «Jardin Automate». «Jane, tableau vivant» nous invite à rencontrer Jane, un personnage de muse, une projection en fait, qui semble flotter dans l’air au-dessus du spectateur, on a l’impression ainsi que la galerie est habitée par des présences «nymphiques» (appelées Bionautes) veillant sur ces jardins artificiels dont les éléments (plantes, fleurs, etc.) sont travaillés en films fins de mylar (une sorte de polyester), à la fois très légers, aériens et presque fantomatiques… Rihab Essayh, de manière plus technologique et actuelle, désire faire un clin d’œil au projet expérimental «Biosphère II» qui s’est tenu, dans le désert de l’Arizona, entre 1991 et 1994. Les scientifiques voulaient voir si l’on pouvait, sous un dôme, recréer un monde identique à la Terre (avec un système écologique) pour une éventuelle colonisation spatiale, comme par exemple sur Mars.