1967 - 2019

Conrad Borgia n’est plus

André-Constantin Passiour
Commentaires

À sa demande, Conrad Borgia a obtenu l’aide médicale à mourir en raison de sa maladie qui le faisait trop souffrir. Il vivait depuis un certain temps avec le cancer du foie. Il est décédé le 28 janvier dernier. Impliqué dans la communauté fétiche LGBT, M. Borgia avait aussi été, entre autres, membre du conseil d’administration de l’organisme RÉZO (anciennement Séro Zéro) durant plusieurs années. 

Natif de Toulon en France, M. Borgia était arrivé à Montréal à l’âge de trois ans et a donc vécu presque toute sa vie au Québec. Un hommage lui a été rendu le 3 février dernier au resto Abruzzo, sur Sainte-Catherine Est, où parents et amis ont pu se rassembler à sa mémoire.

Sans être avocat, Conrad di Lorenzo de Borgia (1967-2019) avait une formation en droit et était consultant pour des entreprises. Il avait aussi collaboré au défunt magazine RG.

La veille de son son décès, Conrad di Lorenzo de Borgia écrivait le message suivant sur sa page Facebook : «À la suite de la maladie que j’ai essayé de combattre et qui malheureusement a pris le dessus sur moi, j’ai décidé d’écourter mes souffrances et ce, de manière honorable grâce à l’aide médicale à mourir avec la collaboration de mon médecin et d’infirmières. Cette transition vers la poussière ou la lumière se fera le 28 janvier. Je peux vous assurer que je quitte ce monde en paix, avec beaucoup de sérénité et entouré de gens que j’aime et qui me sont proches. […] J’ignore ce qui m’attends, mais sachez que mon séjour parmi vous a été des plus agréables. Un peu plus court que prévu, mais Ô combien enrichissant. Je vous dis maintenant adieu et vous embrasse tous tendrement». 

Évidemment, après cette annonce très personnelle, des dizaines de d’hommages ont fusés sur les réseaux sociaux…

«Son cancer du foie le faisait beaucoup souffrir. Son foie avait complètement lâché. Dans un sens, cela faisait du bien de le voir aussi serein lorsqu’il a demandé l’aide médicale à mourir, de dire Jean-Marc Cardinal, un de ses proches et le propriétaire du barbier Mohawk. […] Il a été très présent sur la scène cuir. Il a été cofondateur, à l’époque, des partys fétiches «Adicktion», entre autres. Il a fait beaucoup pour la communauté cuir. C’était quelqu’un de très distingué.»

«Le départ de Conrad nous a bien sûr touchés à RÉZO. Conrad a siégé à notre Conseil d’administration de 2011 à 2015. Avocat de formation et très bon rôle-conseil, Conrad nous a aidés à façonner le chemin de notre organisme et à en améliorer le fonctionnement. Fidèle à lui-même, il ne lésinait pas pour défendre et améliorer le sort et la santé des hommes gais et bisexuels. Conrad nous a permis de bien comprendre une partie de nos communautés : soit les hommes adeptes de BDSM et de fétichisme. Il a aussi collaboré avec des organismes dont RÉZO pour offrir de l’intervention dans des soirées entre hommes. Conrad nous manquera. Nous souhaitons nos plus sincères condoléances à sa famille et à tout son entourage qui l’a connu. Repose en paix Conrad», a commenté Alexandre Dumont Blais, le codirecteur général chez RÉZO.

«J’ai connu Conrad alors qu’on siégeait en même temps au conseil d’administration de RÉZO. C’était quelqu’un de sympathique. Nous avons eu de bonnes réunions avec lui. Il savait comment orienter les organisations et les programmes. Pour lui, l’intérêt de l’organisme venait en premier lieu et il travaillait pour améliorer les choses, c’était son objectif», de commenter Thierry Arnaud qui est à la fois le président du conseil d’administration de la Chambre de commerce LGBT du Québec et du Conseil québécois LGBT.

«Pour moi, il fût un mentor dans le monde fétiche et il est en grande partie responsable de ma compréhension de cette communauté, de ses valeurs fondamentales et de ses traditions, de dire pour sa part Christian Généreux. Je l’ai toujours dit, mon mandat de M. Cuir Montréal en 2016 était surtout pour représenter les gens de la majorité silencieuse, celle qu’on ne voit pas ou qu’on ne voit plus. Ma motivation première était donc, de représenter les personnes qui, comme lui, croyaient sincèrement et appliquaient rigoureusement les valeurs d’honnêteté, de loyauté et de respect. Cet homme, ce partenaire, cet ami qui a toujours été là pour me soutenir, m’encourager à persévérer malgré les embuches et surtout, son amour pour le fétichisme ainsi que ses valeurs, m’ont aidés à grandir. Pas seulement dans cette communauté mais aussi, dans la vie de tous les jours, ce qui fait de moi un meilleur homme aujourd’hui. Merci Conrad pour ton amour et ton amitié. Merci d’avoir fait partie de ma vie, que je chérirai, jusqu’à mon infini.»

Nous tenons à offrir toutes nos sincères condoléances à la famille et aux proches de M. Borgia.