Jusqu'au 26 mai

Le modèle dans l’atelier, Montréal 1880-1950 : nouvelles acquisitions

André-Constantin Passiour
Commentaires
Le modèle dans l’atelier, Montréal 1880-1950 : nouvelles acquisitions

En plus d’admirer, du 2 mars au 8 septembre prochain, la belle exposition «Thierry Mugler : Couturissime», sur ce designer français dont la réputation n’est plus à faire, on pourra également déambuler dans d’autres salles du musée pour s’attarder sur une exposition qui lève le voile sur l’évolution de la représentation du modèle vivant par nos principaux artistes. 

Le modèle dans l’atelier, Montréal 1880-1950 : nouvelles acquisitionsAvant les années 1920, à Montréal, il était rare de voir des nus exposés dans des galeries en public, les mœurs de l’époque étant assez conservatrices et prudes. Les étudiants en arts, par contre, continuaient de recevoir une formation académique qui comprenaient des modèles vivants, nus. Il s’agissaient de travaux de précision et de virtuosité. En tout, le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) vient d’acquérir plus de 70 œuvres d’artistes canadiens, des tableaux réalisés entre la fin du  19e siècle et le milieu du siècle dernier.  On retrouve ainsi une trentaine d’artistes, y compris cinq femmes, ayant œuvré à Montréal : Louis Archambault, Ernest Aubin, Henri Beau, Fritz Brandtner, William Brymner, Edmond Dyonnet, Clarence Gagnon, Pierre Gauvreau, Henri Hébert, Louis-Philippe Hébert, Prudence Heward, Edwin Holgate, Alfred Laliberté, Ozias Leduc,  Jean Onésime Legault, Arthur Lismer, John Lyman, Mabel May, Rita Mount, Louis Muhlstock, Ernst Neumann, Moe Reinblatt, Jori Smith, Marc-Aurèle de Foy Suzor-Coté et Lilas Torrance Newton. 
 
«L’exposition lève le voile sur un sujet incontournable de notre histoire académique et artistique de Montréal, mais aussi de l’histoire du musée qui abrita une école d’art», explique la directrice générale et conservatrice en chef du MBAM, Nathalie Bondil. Sans surprise, le nu féminin prédomine dans ces dessins, ces croquis et œuvres. Par contre, on retrouvera quelques nus masculins, entre autres un de John Lyman (1886-1967), un modèle de dos datant des années 1930, et un autre de Clarence Gagnon (1881-1942), un nu frontal réalisé entre 1904 et 1905. Oui, vous avez bien lu, Clarence Gagnon qui a fait un croquis d’un modèle masculin entièrement nu ! 
 
 
Au Musée des beaux-arts, 1380, rue Sherbrooke Ouest, Montréal. 
T. 514-285-2000 ou www.mbam.qc.ca