États-Unis

Le recours à la PrEP chez les homosexuels a été multiplié par six en trois ans

Yannick LeClerc
Commentaires

Aux États-Unis, 35 % des hommes homosexuels et bisexuels présentant un risque élevé de transmission du VIH ont eu recours à un traitement préventif avant exposition (PrEP) en 2017.

C'est le résultat d'une étude réalisée par l'autorité de santé américaine CDC, selon NBC News. Trois ans plus tôt, seuls 6 % de ce groupe avaient eu recours à cette prophylaxie.

L'étude a été présentée jeudi dernier lors d'une conférence sur le VIH à Seattle. Il est basé sur une enquête de plus de 8.000 hommes dans 20 villes.

Les chercheurs ont souligné de grandes différences entre les différents groupes ethniques de la communauté gaie américaine.

Ainsi, 40 % des gaie et bisexuels blancs prendraient la PrEP, mais seulement 30 % des Latinos et 26 % des Noirs. 

Aux États-Unis, les Afro-Américains représentent environ la moitié des nouvelles infections, même s'ils ne représentent que 12 % de la population.

La PrEP a été approuvé pour la première fois en 2012 par la US Food and Drug Administration.

Selon les activistes du sida, la PrEP - en plus des autres méthodes de protection comme l'utilisation du préservatif —, devrait permettre de réduire considérablement le nombre de nouvelles infections.