35 ans de Fugues

Pour que vieillir soit gai (lesbien, bi, trans et queer)

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
FondationÉmergence
Photo prise par © FondationÉmergence

La reconnaissance sociale de la diversité sexuelle et de genre a vu naître aussi d’autres défis. Les personnes gaies, lesbiennes, trans qui sont sorties du placard depuis plusieurs décennies se sont rendu compte qu’elles et ils ne voudraient pas retourner dans le placard au moment de leur retraite, ou quand ils et elles devraient faire appel aux services de santé et de services sociaux pour les aîné.es. Une inquiétude pour certaines et certains de savoir si elles et ils ne souffriraient pas de rejet, de discrimination, et pour certain.es de reprendre leur bâton de mi-litants pour se faire reconnaître et admettre.

Avec Pour que vieillir soit gai, la Fondation Émergence souhaite informer et outiller toutes celles et ceux qui œuvrent de près ou de loin sur les réalités des personnes gaies, lesbiennes, et trans vieillissantes, pour qu’ils offrent un cadre de bienveillance, de respect et d’intégration.

Le programme a pu compter sur l’aide précieuse de Marguerite Blais, ministre responsable des aînés de 2007 à 2012 sous le gouvernement libéral précédent, et aujourd’hui, ministre des aînés et des proches aidants dans le nouveau gouvernement de la Coalition Avenir Québec (CAQ).

Événements, dépliants, expositions, interventions, Julien Rougerie et son quipe du programme Pour que vieillir soit gai rencontrent tous les organismes publics et privés du Québec pour parler des réalités des personnes gaies, les-biennes et trans vieillissantes.

Si en général, les professionnel.le.s et les employé.es sont très ouverts à s’informer et changer leur perception de ce type de clientèle, il reste encore des bastions de résistance, entre autres, les résidence privées qui se réfugient souvent derrière l’argument fallacieux qu’il n’y a aucun gai, aucune lesbienne, aucune personne trans dans leurs établissements.