Au volant

Un diamant étoilé de plus chez Mercedes AMG

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
mercedes

Et oui, pas de grands changements dans les 10 véhicules les plus vendus au Québec en 2018. Ce qui pourra en surprendre plus d’un, c’est que trois camionnettes figurent au palmarès et mieux, l’une d’entre elle monte sur le podium. Il s’agit du Ford série F avec 23 481 unités vendues. Les camionnettes GMC Sierra et Ram se classent respectivement au 8e et 9e rang. Si les petites voitures ont moins la cote, certaines tirent toujours leur épingle du jeu, comme la Honda Civic, au 2e rang, la Toyota Corolla en 3e position avant la Hyundai Elantra. Les quatre autres positions sont occupées par les VUS compacts et sous-compacts, qui montrent bien la tendance des acheteurs. 

Mercedes AMG GT 4 portes
Un diamant étoilé. Bien sûr, il y a dans cette AMG les gènes du coupé, mais le coupé 4 portes apporte une polyvalence qui en fera craquer plus d’un. Mercedes parle de ce modèle original comme un coupé-utilitaire. Utilitaire? Disons que l’épithète ne rend pas vraiment hommage à cette beauté roulante. Mais au moins on sait que le AMG GT 4 portes non seulement donnera des sensations au conducteur ou à la conductrice jusqu’à se prendre pour Lewis Hamilton, mais qu’il se prêtera à d’autres activités plus prosaïques comme faire l’épicerie, amener ou aller chercher les enfants à l’école, partir en fin de semaine au chalet, ou traverser d’Est en Ouest le continent dans le plus grand des conforts.
 
AMG, c’est la division sportive de la marque de Stuttgart, une division qui prend son autonomie, c’est-à-dire ne plus être qu’une déclinaison des modèles de série «boostés» pour plus de puissance et plus plaisir de conduite. Le AMG GT 4 portes est donc un modèle spécifique. Trois mécaniques sont proposées, un 6 cylindres en ligne turbo développant 429 chevaux équipés de l’EQ Boost, un compresseur électrique qui diminue la consommation de carburant et ajoute 22 chevaux de puissance. Pour les deux autres motorisations, on ajoute deux cylindres, avec un V8 proposant 577 chevaux et si on l’on veut encore plus de puissance, le même V8 peut produire 630 chevaux. Rien de moins. La cavalerie est au rendez-vous et amusez-vous, si vous avez les moyens, à réserver des séances sur des pistes pour profiter de tout ce qu’offre ce modèle. La même boîte de vitesses automatique à neufs rapports se retrouve dans les trois modèles. Et bien sûr le rouage intégral avec le système propre à la marque, le 4MATIC, un plus pour nos régions aux longs hivers.
 
Tout est fait pour le confort. Les sièges avant qui épousent et maintiennent le corps du conducteur ou de la conductrice. Devant les yeux, les deux écrans géants, l’un pour les contrôles classiques et l’autre pour le système d’info-divertissement. Les passagers arrière ne seront pas non plus écrasés par le toit fuyant. On a pensé à eux sans sacrifier la superbe ligne du toit. De l’espace, il y en a plus qu’on pourrait le croire. Le hayon s’ouvre sur un coffre bien conçu et l’espace peut s’agrandir puisque la banquette se replie. Certes, l’utilitaire n’a rien à voir avec une fourgonnette mais beaucoup trouveront que c’est suffisant au quotidien.
 
Plusieurs chroniqueurs essayeurs semblent avoir un faible pour le AMG GT 4 portes équipé du 6 cylindres. Le modèle est plus léger et dévoilerait une plus grande agilité. Tout dépend en fait des propriétaires. Certains aiment que leur voiture soit plus facile à contrôler. En revanche, d’autres préfèrent dominer l’impétuosité d’une voiture prête à bondir dès qu’on frôle la pédale d’accélérateur.
 
Un coup de maître pour la firme de Stuttgart. Le AMG GT 4 portes est une réussite esthétique. Rien d’ostentatoire, mais du sérieux, du solide, du sécuritaire. Sans oublier les performances et le plaisir de la conduite. Le prix de ce jouet commence à 100 000$ et peut atteindre 200 000$ selon la motorisation et les options, nombreuses comme toujours chez nos voisins allemands.
 
Si une culpabilité environnementale peut venir nous hanter, on peut espérer que le AMG GT 4 portes reçoivent les trois lettres magiques EQC de Mercedes, lettres qui indiquent qu’il s’agit d’un modèle tout électrique.
 
 
MAZDA 3
La Mazda 3 avait créé une commotion lors de sa sortie en 2003. La quatrième génération a été présentée et son prix au Canada divulgué au SIAM. Deux versions de carrosseries, une berline et une quatre portes à hayon dite sport. Disons d’emblée qu’esthétiquement, la version 5 portes est un bijou esthétique avec le design du langage KODO développé par le constructeur japonais. Comme pour les générations précédentes, chaque version est déclinée en trois niveaux d’équipement et de motorisations, GX, GS et GT. Seules les versions GS et GT peuvent au choix recevoir la traction intégrale. Quant à l’échelle de prix, il se situe entre 18 000$ pour le modèle de base, 4 portes et boîte manuelle et 31 400$ pour le modèle sport GT tout équipé, boîte de vitesses automatique et traction intégrale.
 
Mazda
 
Volvo XC40
Chez Volvo, XC désigne un VUS, le nombre qui suit sa place et sa taille dans la gamme. Avec le XC90, Volvo s’était lancé dans l’aventure des véhicules polyvalents, hauts sur pattes et à rouage intégral. Le Volvo XC60, un VUS compact, avait rapidement suivi. C’est au tour du XC40 de faire son apparition sur nos routes dans la catégorie des VUS sous-compacts. De par son look, sa technologie avec, au centre du tableau de bord, un écran vertical de 12,5 pouces, Volvo cherche à conquérir une clientèle plus jeune. Il suffit de voir la gamme de couleurs proposées.
 
volvo