Québec

Message menaçant envers la communauté LGBTQ+ de Québec

Éric Whittom
Commentaires

En fin d’après-midi, ce vendredi, le Drague Cabaret Club a publié un avis sur sa page Facebook pour informer sa clientèle que des groupes d’extrême droite menaçaient de s’en prendre, ce vendredi soir, entre autres à des membres de la communauté LGBTQ+.

 

L’établissement de la rue Saint-Augustin a émis cet avis après avoir pris connaissance d’un message qui circule depuis jeudi soir sur les réseaux sociaux.

«?Les autorités ont été contactées et font le nécessaire pour assurer la sécurité de tout un chacun?», souligne le Drague Cabaret Club.

Ce dernier déplore que «?ce genre de discours haineux et d’intolérance puisse toujours circuler en 2019?».  

La police de Québec enquête

Selon la porte-parole du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), Cyndi Paré, aucun incident n’avait été rapporté en lien avec le message menaçant, en date du samedi matin. Cette dernière précise à Fuguesque la surveillance policière a été renforcée, vendredi soir, dans le secteur du Drague Cabaret Club. Elle souligne toutefois que ce secteur de la rue Saint-Jean fait toujours l’objet d’une surveillance policière accrue à longueur d’année. 

À la suite d’une plainte logée par le Drague Cabaret Club, le SPVQ a ouvert une enquête. Cyndi Paré invite les gens qui auraient de l’information à ce sujet à communiquer avec le SPVQ au 418 641-AGIR (2447).

Le Drague Cabaret Club n’a pas enregistré, hier soir, de changement à son achalandage, indique à Fuguesle propriétaire du Drague Cabaret Club, Jean-Philippe Blondeau. Il n’a noté aucun problème en lien avec cette affaire.

Démenti du groupe Atalante Québec

Le groupe Atalante Québec, qui est mentionné dans le message, a publié un communiqué sur sa page Facebook pour démentir sa participation à une prétendue «?chasse?» aux personnes de la communauté LGBTQ+. «?Il semblerait qu’une fausse information parcourt les réseaux sociaux. […] Quelle absurdité?! Notre combat est identitaire et communautaire. Il n’implique aucunement le lynchage de quiconque. […] Alors, ce soir, ne vous inquiétez pas, vous pourrez profiter de votre établissement en toute sécurité.?» 

Les résultats de l’enquête policière nous diront dans les prochains jours s’il s’agissait d’une menace réelle ou d’un canular.