FIERTÉ

Les festivités du Edmonton Pride sont annulées

André-Constantin Passiour
Commentaires
Les festivités du Edmonton Pride sont annulées

C’est le site de CITYNEWS Edmonton qui a annoncé la nouvelle évoquant un courriel envoyé aux partenaires de l’organisation. Les organisateurs disent avoir pris cette décision évoquant «l’environnement politique et social actuel» sans en dire plus.

La Edmonton Pride Festival Society (EPFS) indique dans le courriel que «l’objectif [de l’organisation] a toujours été de tenir un événement sécuritaire et agréable reflétant, autant que possible, toute la communauté, cependant, nous n’avons pas le sentiment que cela puisse être atteignable cette année dû aux événements actuels», peut-on lire sur edmonton.citynews.com.

Dans ce même courriel, le conseil d’administration remercie «la communauté LGBTQ2S+ pour sa patience et sa compréhension». «Nous apprécions grandement tout l’appui que vous avez donné au Edmonton Pride Festival Society et nous nous excusons sincèrement pour tous les inconvénients que cela puisse causer.» 

Le courriel mentionne, également, que n’importe qui ayant donné généreusement de l’argent sera remboursé au cours des deux prochains mois.

«Je suis déçu d’apprendre que le Festival de la Fierté de cette année a été annulé. En tant que premier maire d’Edmonton ayant pris part au défilé, je sais combien ce genre d’événements est important. On a besoin de plus de ce type d’événements, pas moins», a déclaré pour sa part Stephen Mandel, qui a été maire de la capitale albertaine de 2004 à 2013.

Toutefois, il semblerait que des tensions à l’intérieur de la communauté ont émergé ces derniers temps. Certaines organisations accusant EPFS de racisme et de transphobie. «[…] c’est une tentative [de la part de EPFS] de nuire aux efforts des LGBTQ2S+ Noirs, Autochtones et gens de couleurs de trouver des solutions alternatives aux manières dont cette organisation tient ses événements», déclare les représentant d’une association appelée Shades of Colour.

De son côté, Radical Queer Scholar a indiqué dans un post sur Facebook suggérant que l’annulation des festivités était peut-être due au fait des tensions existantes entre l’EPFS et des groupes sous représentés sur son comité. On dit qu’il s’agit d’un «contexte historique et présent de racisme, de suprématie blanche et de transphobie qui, ultimement et littéralement, fait obstruction aux personnes queer, trans, bisexuelles et de couleur (QTBIPOC)». On mentionne que, lors des dernières rencontres du conseil d’administration de l’EPFS a systématiquement bloqué l’entrée à des groupes tels que Shades of Colour et Radical Queer Scholar. 

Notons que le défilé devait avoir lieu le samedi 8 juin prochain avec d’autres événements tout au long du mois de juin. 

Si certains pensaient que l’annulation avait quelque chose à voir avec les élections dans la province, le mardi 16 avril, une élection qui oppose la présente première ministre néodémocrate Rachel Notley à Jason Kenney (du Parti conservateur uni de l’Alberta et ex-ministre du gouvernement de Stephen Harper), et bien non notaient plusieurs dans leurs commentaires sur les réseaux sociaux. Il s’agit bien de problèmes internes à la communauté et qui se révèlent, à présent, au grand jour.

Rappelons qu’il y a à peine quelques jours, Pride Toronto annonçait qu’elle ne permettrait pas aux policiers et aux membres des forces armées canadiennes de parader dans son défilé cette année soulevant ainsi la satisfaction des uns et l’indignation des autres.