Un goût pour la vie - Montréal

Bouffer, s’amuser et récolter des fonds pour le VIH-sida le 1er mai

André-Constantin Passiour
Commentaires

Le mercredi 1er mai aura lieu la 3e édition de A Taste For Life/Un goût pour la vie. Cette année encore, en date du 27 mars, six restaurants montréalais participent à cette campagne de levées de fonds pour la Maison d’Hérelle qui, au total, vient en aide à 38 personnes vivant avec le VIH-sida. Et c’est tout simple: vous vous rendez dans un des restaurants participants, vous bouffez en famille ou entre amis et, à la fin de la soirée, le resto verse 25% de ses ventes à la Maison d’Hérelle.

Lafayette Pizzeria (sur l’Avenue Bernard, Toro Rosso et Magpie Amherst, tous les deux dans le Village, Restaurant Cabotins (Hochelaga), Restaurant Su (Verdun) et Boxermans (Outremont), qui est déjà complet en passant, participent à l’édition 2019 de A Taste For Life/Un goût pour la vie.

Ce concept appelé «A Taste For Life» existe dans le reste du Canada depuis 1999 et récoltent des fonds pour des organismes locaux. Il a débuté à Ottawa pour financer les services de Bruce House et Snowy Owl et, tranquillement, 21 villes s’y sont ajoutées.

«On aimerait que cela prenne un peu plus d’ampleur chaque année à Montréal. En 2018, nous avons recueillis 21 000$, nous espérons atteindre un montant de 30 000$ cette année», dit Mario Grondin, coordonnateur des communications de la Maison d’Hérelle, située sur la rue Saint-Hubert, sur le Plateau Mont-Royal. Cette année, la quincaillerie RONA participe à l’activité en offrant des matériaux de construction à l’encan! Bien oui! «Pendant la soirée du souper, les gens pourront miser sur des matériaux, c’est un encan virtuel, continue Mario Grondin. RONA nous offre ces matériaux-là et 100% de la vente sera versée à la Maison d’Hérelle. C’est une nouvelle approche, c’est inusité et cela permettra d’aller chercher des sommes supplémentaires. On va travailler avec RONA pour voir exactement les modalités de l’encan, mais nous sommes heureux de cette nouvelle collaboration. Sûrement que des entrepreneurs voudront miser sur ces matériaux-là…»

 

La Maison d’Hérelle accueille 17 personnes, mais «ses milieux de vie» incluent le Satellite d’Hérelle (sur Queen Mary, près de l’Oratoire Saint-Joseph), et les Studios d’Hérelle, sur la rue Sainte-Catherine Est. «Chacune de ces ressources répond à des besoins spécifiques, selon qu’on est en perte d’autonomie, qu’on a besoin de soins quotidiens, d’appartements supervisés, etc.», poursuit le très sympathique M. Grondin. En tout, 38 personnes bénéficient des soins prodigués par le personnel attentionné de cet établissement.

Si le 3e étage de la Maison d’Hérelle a été converti en places pour personnes vieillissantes et en perte d’autonomie, c’est que les besoins sont criants pour ce type de ressource. «Il y a des gens séropositifs de 50 ans qui ont survécus aux années terribles du sida, mais leur système a développé des maladies de personnes de 80 ans et plus, explique Mario Grondin. Ce sont des gens soignés avec les tous premiers médicaments comme l’AZT, par exemple, qui était très toxique. Leurs reins ont été affectés et ils ont besoin de traitements de dialyse. On oublie cet aspect-là souvent mais il y a des gens qui souffrent énormément. On aurait besoin de plus de chambres pour prendre soin d’eux, mais on n’en a pas les moyens. Ce n’est donc pas pour rien que la Maison d’Hérelle existe depuis plus de 30 ans maintenant. Les besoins sont grands, mais les moyens sont modestes.»

À noter que la Banque TD et les pharmacies Martin Duquette appuient également cette campagne de levée de fonds. A Taste For Life/Un goût pour la vie vient donc donner un petit coup de pouce plus qu’apprécié dans ce cas-ci! L’essentiel est de réserver vos places dans un restaurant participant cette soirée-là, de bien manger et de vous amuser… Et c’est tout! Le restaurateur se charge de verser 25% de ses ventes à la Maison d’Hérelle!

La liste complète des restaurants participants est accessible sur le lien…