TOP 20

35 ans de vues lesbiennes au petit et grand écran

Julie Vaillancourt
Commentaires
Sarah préfère la course
The Miseducation of Cameron Post
Photo prise par © The Miseducation of Cameron Post
  • Sarah préfère la course
  • The Miseducation of Cameron Post

Plusieurs diront que les lesbiennes demeurent invisibles à la télévision et au cinéma. Sans être aussi nombreuses ou diversifiées qu’on le voudrait, il existe tout de même des images de nous-mêmes. Voici un Top 20 chronologique, non exhaustif et subjectif.

1984. La femme de l’hôtel, proposant une écriture cinématographique féminine, basée sur l’éloquence des non-dits, donnera lieu, en 1986, au continuum du désir lesbien et l’expression bisexuelle: Anne Trister, aussi réalisé par Léa Pool, est un classique du cinéma québécois.

 

1994-1998. Ellen. Dans ce sitcom, le personnage d’Ellen DeGeneres fait son coming-out en révélant son lesbianisme. Évènement majeur dans l’histoire de la télévision américaine.

 

1994. Go Fish (Rose Troche). Film lesbien culte en noir et blanc, classique du cinéma indépendant,

 

1995. The Celluloid Closet (Rob Epstein & Jeffrey Freidman). Documentaire historique important exposant l’histoire de la représentation des LGBT au cinéma.

 

1995. When Night is Falling(Patricia Rozema). Film canadien mettant en vedette Pascale Bussières et Rachael Crawford, dans le rôle de deux femmes de milieux différents, qui tombent en amour.

 

1998. GIA(Michael Cristofer). Angelina Jolie incarne à l’écran la tragiquement célèbre top-modèle «bisexuelle» des années 70-80, qui fut l’une des premières femmes à décéder du SIDA.

 

1999. Better than Chocolat(Anne Wheeler) et But I’m a Cheerleader (Jamie Babbit). Ces deux films (l’un canadien, l’autre américain) sortis la même année valent le détour…

 

2000. If these walls could talk 2. Trois couples lesbiens, d’âges et d’horizons différents, sur trois décennies. Vanessa Redgrave livre une performance inoubliable. De loin, une meilleure représentation du lesbianisme que la série Queer as Folk (2000-2005).

 

2001. Lost & Delirious(Léa Pool). Ça n’a pas de prix de voir les actrices Piper Perabo, Mischa Barton et Jessica Paré, jouer ensemble, dans cette tragique romance lesbienne mise en scène par Léa Pool.

 

2004-2009 & 2019. The L Word(Ilene Chaiken, Michele Abbot, Kathy Greenberg). Que les lesbiennes de cette série soient trop blanches ou trop glamour sous le soleil de Los Angeles, il n’en demeure pas moins qu’elles ont révolutionné le petit écran. En 2019, soit 10 ans plus tard, cette série iconique effectue un retour à la télévision!

 

2011. Pariah(Dee Rees). Une jeune femme afro-américaine originaire de Brooklyn est en questionnement sur sa sexualité dans ce touchant coming-of-age.

 

2011. Circumstance(Maryam Keshavarz). Dans ce coming-of-age provocant, deux jeunes femmes iraniennes découvrent leur sexualité, défiant les règles répressives de leurs milieux.

 

2012. Lesbiana: Une révolution parallèle(Myriam Fougère). Images d’archives et témoignages se conjuguent dans ce documentaire explorant le mouvement lesbien des années 70 à 90 au Québec, au Canada et aux États-Unis.

 

2013-2019. Orange is the New Black. Une des rares séries américaines au ton humoristique à présenter une diversité de femmes LGBTQ+ (en uniformes).

 

2013. Sarah préfère la course(Chloé Robichaud). Premier long-métrage d’une jeune cinéaste de talent qui met en scène Sarah, une athlète qui préfère les femmes.

 

2014 & 2018. Féminin/Féminin(Chloé Robichaud). L’univers des lesbiennes à Montréal, se déclinant sur deux saisons en web-série. Une première au Québec, qu’on aurait voulu voir à la télévision, à heure de grande écoute.

 

2013. La vie d’Adèle: (Abdellatif Kechiche). Qu’il évoque de mauvais souvenirs de tournage pour les actrices, ou une chaude scène porno pour les hétéros, il n’en demeure pas moins que ce film français récipiendaire de la Palme d’Or à Cannes est une évocation touchante et sensible de la BD de Julie Maroh Le bleu est une couleur chaude.

 

2015. Freeheld(Peter Sollett). Mise en scène du militantisme lesbien de Lauren Hester, le film prend l’affiche la même année où la Cour Suprême des États-Unis légalise le mariage entre conjoints de même sexe. 

 

2016. Carol(Todd Haynes). Cette romance lesbienne entre Cate Blanchett & Rooney Mara rappelle qu’il n’a pas toujours été facile d’aimer une femme selon les époques, ici les années 50.

 

2017. Disobedience(Sebastian Lelio). Rachel McAdams et Rachel Weisz explorent les barrières de la foi et de la sexualité, dans ce drame campé dans une communauté juive orthodoxe.

 

*2018. The Miseducation of Cameron Post(Desiree Akhavan). Retour au début des années 90, alors qu’une adolescente se voit forcée à une thérapie de conversion. Desiree Akhavan est réalisatrice et actrice de la série The Bisexual (2018-) qui explore les tabous liés aux termes lesbiens, bisexuels et à leur application… Le temps nous dira si cette série passera à l’histoire.