Turquie

Un tribunal d'Ankara lève l'interdiction des manifestations LGBT

L'agence AFP
Commentaires
Gay Pride Istanboul
Photo prise par © Gay Pride Istanboul

Des événements LGBT peuvent désormais avoir lieu à Ankara, la capitale de la Turquie. Un tribunal a levé l'interdiction prise par les autorités locales contre ces manifestations.

La décision a été rendue jeudi 19 avril. Le groupe turc de défense des droits des LGBT, Kaos GL, avait fait appel de l'interdiction de toute manifestation LGBT. 

"Nous pouvons dire que la cour a accepté les arguments que nous défendions depuis le jour où l’interdiction a été décrétée, a déclaré l’avocate de Kaos GL, Hayriye Kara, dans un communiqué. Au lieu d'interdire les libertés et droits fondamentaux afin de protéger la paix sociale, ils ont déclaré que le groupe vulnérable à toute attaque devrait être protégé. On peut dire que la cour a décidé que l’État devait protéger les libertés et les droits fondamentaux des personnes LGBTI +".

L’interdiction des manifestations LGBT avait été mise en œuvre pour la première fois par le gouverneur d’Ankara en novembre 2017, en invoquant "la moralité publique" et "les sensibilités sociales".

Fotis Filippou, directeur des campagnes pour l'Europe à Amnesty International, s'est félicité de la décision de justice en ces termes: "C’est un jour mémorable pour les personnes LGBTI en Turquie et une grande victoire pour les militants des droits des LGBTI. L'amour a encore gagné. Les personnes LGBTI et leurs alliés ont été interdits de manière scandaleuse et illégale d'organiser des événements liés aux LGBTI depuis novembre 2017. La saison de la fierté approchant le mois prochain, nous célébrons cette décision de justice importante".

Bien que l'homosexualité ne soit pas illégale en Turquie, de nombreux événements LGBT ont été interdits dans le pays ces dernières années.

En juillet 2018, alors que la Gay Pride d'Instanbul était interdite, des milliers de manifestants avaient bravé l'interdiction et brandit des drapeaux arc-en-ciel en signe de protestation près de la célèbre avenue Istiklal et de la place Taksim.

Les militants avaient été réprimés par la police qui avait utilisé des canons à eau et des balles en caoutchouc pour tenter de disperser la foule.