À lire

Gaucher.ère contrarié.e

Benoit Migneault
Commentaires
Gaucher.ère  contrarié.e

V.S. Goela présente treize personnages insolites et uniques, représentatifs de la diversité de la mosaïque canadienne, dont les destins s’entrelacent au fil des chapitres. Ils ont cependant un point en commun: leurs différences. À titre d’exemple, on retrouve Mylène, une agente de bord qui collectionne les cartes de bibliothèques en provenance de chacune de ses escales; Soma, une chef cuisinière transgenre d’origine indienne et Ahmr, un sommelier asexuel qui ne consomme pas d’alcool (une profession sans aucun doute périlleuse).

Gaucher.ère  contrarié.eChacun est donc profondément unique, que ce soit au regard de son origine ethnoculturelle, de ses pratiques culinaires, de son genre ou de son    orientation sexuelle. Cette remise en question des clichés hétéronormatifs se décline également dans la forme même de la narration qui peut parfois être déconcertante, notamment au regard d’une alternance du «Je» au «Il/Elle». Nous sommes cependant conviés à un voyage où la nourriture, la culture et les genres forment une tapisserie inhabituelle, déroutante, mais assurément rafraichissante. L’auteure V.S. Goela ponctue par ailleurs son récit de petits clins d’œil irrésistibles. À preuve, une question ou une affirmation existentielle qui achève souvent chaque chapitre: «Pourquoi le symbole pour les W.C. des femmes est-il une personne en robe? Je ne porte jamais de robe et je n’aime pas le maquillage». Un parcours inhabituel, mais pour le moins stimulant!
 
 
Gaucher.ère contrarié.e / V.S. Goela. Ottawa / L’Interligne, 2019. 158p. (Vertiges)