Infos

Célébrer 20 ans au Saguenay Lac-Saint-Jean !

Éric Whittom
Commentaires
Célébrer 20 ans au  Saguenay Lac-Saint-Jean !

En octobre dernier, à Chicoutimi, l’Association des gais et lesbiennes du Saguenay-Lac-Saint-Jean (AGL-LGBT) célébrait son 20e anniversaire lors d’un [email protected] Pour l’occasion, le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault était présent. Pour n’importe quel organis-me communautaire LGBT, 20 ans, c’est toute une réalisation. Lorsqu’on est une association régionale, c’est encore plus méritoire. Nous avons discuté avec Daniel V. Gosselin, chargé de projet et responsable des communications à l’AGL-LGBT.

De quelle manière ce groupe communautaire a évolué au cours des 20 dernières années dans cette région du Saguenay-Lac- Saint-Jean?
 
Pendant des années, l’organisme AGL-LGBT avait pour but de briser l’isolement par des rencontres sous forme de souper/soirée. Mais en 2015, la volonté de remplir pleinement sa mission d’informer, de sensibiliser et d’éduquer est devenue une priorité. Nous avons commencé par la reconnaissance du CIUSSS, en 2016, comme étant une association en santé et services sociaux sous la typologie Aide et Entraide. Nous avons étendu notre réseautage en devenant membre du Conseil québécois LGBT, de Fierté Agricole, de la Table Régionale des Organismes Communautaire du Saguenay Lac-Saint-Jean, de la Table des Aîné.es Domaine du Roy, de la Table Jeunesse du Domaine du Roy et de la Corporation de Développement Communautaire Domaine du Roy et enfin comme Association Communautaire Autonome. Nous sommes devenus la référence LGBT pour notre région dans tous les médias écrits, radio et télévision.
 
Avec combien de membres l’association a-t-elle été fondée et combien de membres compte-t-elle aujourd’hui?
 
Nous avons gardé un membership entre 70 et 100 personnes et nous avons créé deux types de membres: le membre actif avec droit de vote à 15$ (personnes de la communauté LGBT); et le membre sympathisant sans droit de vote à 12$ (personnes de la communauté LGBT et de la po-pulation en général). Ce sont les membres en assemblée générale annuelle qui déterminent le prix des cartes de membres. La raison principale du coût très bas de la carte de membre, c’est pour permettre aux étudiants de devenir membre de l’AGL-LGBT.
 
Quels ont été les plus grands défis pour les organisateurs et les membres de cette association LGBT?
 
Comme nous n’avons pas eu de financement avant 2017, le principal défi était de maintenir l’association bien vivante. Ce sont les efforts des bénévoles qui ont contribué à poursuivre notre vie associative. La relève des jeunes est aussi un défi. Nos adhérents sont en majorité des membres de 50 ans et plus. Notre conseil d’administration est composé de sept membres dont cinq administrateurs sont de jeunes diplômés universitaires, et de deux retraités provenant de la diversité.
 
Quels sont les objectifs futurs pourl’AGL-LGBT?
 
Nous avons obtenu du financement ponctuel grâce au programme de soutien aux organismes communautaire. Mais cette année nous espérons avoir un financement récurrent afin d’étendre notre action par des comités. Nous avons présenté différents projets de financement au Bureau de lutte contre l’homophobie et la transphobie du ministère de la Justice: un comité Activités afin de briser l’isolement; Un comité Jeunesse afin d’avoir une relève pour notre futur et d’aider au coming-out; un comité Trans afin d’accompagner les personnes en questionnement ou en transition. Pour ce qui est du comité Trans des rencontres mensuelles ont lieu à l’université du Québec à Chicoutimi.
 
Quel est le soutien de la population de cette région, en général, envers cet organisme et envers la collectivité LGBT du Saguenay-Lac-Saint-Jean?
 
La population du Saguenay-Lac-Saint-Jean est ouverte envers la communauté LGBT. On assiste même, depuis quelques années, à un retour des personnes LGBT qui s’étaient exilées en ville vers leur région natale pour y vivre leur identité sexuelle. Nous pensons qu’il y a des régions du Québec qui sont beaucoup plus habilités à offrir des services aux personnes LGBT que certains quartiers de Montréal! Il y a de plus en plus de gens qui s’engagent dans la cause et cela fait en sorte que les mentalités évoluent.
 
Cependant, tout n’est pas gagné pour la communauté LGBT. La population est plus sensibilisée, certes, mais il faut poursuivre le travail de démystification en région. L’AGL-LGBT collabore notamment avec le Service d’intervention de proximité du Domaine-du-Roy sur le projet La bientraitance dans la diversité. L’objectif premier de ce projet est d’informer, de sensibiliser et de démystifier les diversités culturelles, les orientations sexuelles et les identités de genre auprès du personnel et des organismes œuvrant avec les personnes aînées. Des ateliers de sensibilisation sont également offerts aux personnes aînées sous forme de groupes de discussion.
 
De plus, pour la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, le vendredi 17 mai, l’AGL-LGBT demandent à 49 villes et villages ainsi qu’à la réserve autochtone Mashteuiatsh de hisser la bannière arc-en-ciel devant chaque hôtel de ville. 
 
Pour plus d’informations concernant l’AGL-LGBT, consulter le site web: 
AGL-LGBT.ca

Célébrer 20 ans au  Saguenay Lac-Saint-Jean !