Entrevue

Une pause de 365 jours pour s’imprégner des autres cultures

Éric Whittom
Commentaires
Une pause de 365 jours  pour s’imprégner des  autres cultures

Un couple de Québec dans la mi-trentaine, Pierre-Luc Boulet et Jean-Philippe Chouinard, adore vraiment voyager. Et, début juillet, les deux hommes effectueront un tour du monde. Durant une année, ils mettront leur emploi sur pause, respectivement d’enseignant collégial en technique d’éducation spécialisée et de comptable. 

« Nous voyageons une ou deux fois par année », souligne Jean-Philippe. « Nous avons visité une cinquantaine de pays situés en Europe, Asie, Afrique et en Amérique, par exemple l’Espagne, la Chine, l’Égypte et le Pérou », renchérit Pierre-Luc. Pour le moment, seule l’Océanie est absente de leur album de photos.
 
Leurs regards se sont croisés dans l’escalier du Drague. Depuis ce soir de 2001, ils ne se sont jamais quittés et se sont mariés en 2006. Parmi leurs points en commun, on retrouve la passion pour le voyage à travers le monde et la course à pied. « Dans nos façons de voyager, nous nous entendons super bien, raconte Pierre-Luc. Nous n’avons plus la pression du travail, de trucs à rendre. Nous sommes juste en train d’explorer et de découvrir de la nouvelle bouffe et de nouvelles activités, notamment pour dépasser nos peurs (benji, parapente, deltaplane, plongée sous-marine dans la mer Rouge, ascension du Kilimandjaro, etc.). Voyager, ça m’amène à prendre encore plus conscience de la chance que j’ai dans la vie. » Pour Jean-Philippe, les voyages lui permettent en plus d’évoluer sur le plan personnel. « Comme individu, je pense que de te mettre de temps en temps dans une situation en dehors de ta zone de confort, ça t’aide à cheminer vers d’autres choses. Si tu restes toujours dans ce que tu connais, parfois, ça peut te limiter. »
 
Cette idée de tour du monde a commencé à germer en 2014. Pier-Luc a opté pour un congé différé et Jean-Philippe a mis de l’argent de côté. Ils ont utilisé le planificateur de voyages A-contresens (planificateur.a-contresens.net) pour organiser leur tour du monde, notamment dans la préparation de leur budget. « Nous devrions aller dans une quinzaine de pays », précise Jean-Philippe. Pour prendre une pause de l’hiver, leur itinéraire ne comprend pas de pays où la neige sera présente durant leur séjour. Ils n’ont pas visité la plupart des pays qu’ils ont sélectionnés. Et dans ceux où ils ont déjà séjourné comme le Brésil et la Thaïlande, ils visiteront d’autres régions. Ils ont exclu des pays où l’homosexualité est passible de la peine de mort. « Dans certains pays où l’homosexualité n’est pas bien vue, comme nous avons un physique qui se ressemble, nous disons que nous sommes des frères, précise Pier-Luc. Nous prenons également deux lits séparés que nous collons et que nous nous assurons de décoller quand nous quittons notre chambre. Dans certains pays, nous enlevons nos anneaux de mariage. Nous faisons aussi attention aux démonstrations d’affection. »
 
La Colombie comme premier arrêt
Les trois premiers mois seront consacrés à la découverte de l’Amérique du Sud. La Colombie sera le premier pays qu’ils visiteront pour la première fois. « Nous avons eu de bons commentaires de gens qui y sont allés, dit Jean-Philippe. Ce n’est pas une destination classique. C’est bien de sortir des sentiers battus et de ne pas aller dans les endroits où tous les bateaux de croisière s’arrêtent. »
 
Après avoir séjourné en Équateur et au Brésil, ils partiront pour Melbourne, une première découverte de la faune et de la flore australienne pour ces deux globe-trotteurs. Ils retourneront ensuite en Asie, soit en Indonésie, Malaisie, Thaïlande, Vietnam, Laos, Birmanie, Sri Lanka, Inde, Népal, Turquie, Liban, Jordanie et Israël. Dans ce dernier pays, des amis du Québec les rejoindront, en juin, pour prendre part au Tel-Aviv Pride 2020. « Après, nous allons faire un dernier arrêt dans une ville d’Europe pour faire le bilan de notre voyage et faciliter notre transition vers le Québec », indique Jean-Philippe. Ce sera partie remise pour l’Afrique qu’ils ont déjà visitée (Rwanda, Tanzanie, Madagascar, les Seychelles), compte tenu des coûts élevés que représenterait cette destination dans leur budget. 
 
Échanges culturels privilégiés
Pour plus de flexibilité, ils ont acheté chacun un billet d’avion, aller seulement, pour Carthagène, en Colombie, où ils prévoient demeurer environ un mois. Ils se procureront les autres billets d’avion vers la fin de chaque séjour. Ils se déplaceront aussi en autobus. Ils partent chacun avec un sac à dos seulement.
 
Selon la durée de leur séjour, ils loueront sur place un appartement ou résideront dans une auberge ou chez des amis. « Contrairement aux hôtels, les auberges sont plus propices pour rencontrer d’autres voyageurs », fait remarquer Jean-Philippe. Ils adorent discuter avec les habitants des pays qu’ils visitent, notamment dans un café, un pub ou une place publique. « Quand nous sommes allés en Bosnie, nous sommes restés dans une famille où la mère et son fils avaient vécu les bombardements à Sarajevo. Ce dernier, qui a perdu son père, nous a raconté comment il avait vécu cette guerre. Pour les gens d’un pays qui n’ont pas la chance de pouvoir voyager, c’est également une occasion pour eux de découvrir une autre culture. Par exemple, dans la Cité interdite à Beijing, des groupes d’élèves chinois en visite scolaire, qui provenaient de la campagne, nous photographiaient comme si nous étions des vedettes. » 
 
Ces amateurs de course à pied prévoient également participer à des demi-marathons, notamment celui de Bogota en Colombie. Si l’occasion se présente, ils pourraient faire d’autres activités avec la population locale, par exemple suivre des cours de langue ou faire du bénévolat. 
 
Leur projet porte le nom de Bubble Boys autour du monde. « Nous sommes des gars festifs, qui aiment prendre des bulles avec des amis. Nous aimons faire la fête et rencontrer du monde », explique Pier-Luc. Ils termineront d’ailleurs leur long périple avec une bouteille de bulle pour célébrer la fin de leur plus gros projet de couple, qui se classe tout juste après celui de leur mariage. Ils invitent les gens à aimer leur page Facebook pour suivre leurs aventures.

facebook.com/bubbleboysautourdumonde