Au volant

La Kia Stinger couronnée

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Kia Stinger

C’est lors de l’ouverture du Salon de l’auto de Toronto que l’Association des journalistes automobiles du Québec (AJAC) a annoncé ses choix pour les titres de Voiture canadienne de l’année 2019 et de Véhicule utilitaire de l’année 2019. Et respectivement, le choix des journalistes s’est tourné vers la Kia Stinger et le Jaguar I-Pace.

 
Comment se détermine le choix des journalistes? Bien évidemment à la suite de plusieurs essais et analyses des véhicules dans des conditions météorologiques différentes et sur des routes différentes (des routes avec des nids de poule au Québec…). Ensuite des votes confidentiels sont comptabilisés en fonction de critères bien précis comme les performances, l’équipement, les technologiques, le design, la consommation d’essence et la valeur des véhicules.
Jaguar I-Pace
 
Pour la marque sud-coréenne, il s’agit d’une marque de reconnaissance importante dans le développement de modèles à caractère plus sportif. La marque s’est fait connaître par ses petits modèles populaires, par ses modèles polyvalents comme les VUS puis par ses berlines intermédiaires, diversifiant ainsi la gamme de ses produits. La fiabilité et les qualités de fabrication de la marque ont souvent été utilisées et même vantées comme concurrentielles avec des marques proposant à qualité égale des modèles plus dispendieux. Ce n’est pas un hasard, si la deuxième finaliste pour le choix de l’AJAC a été la Kia Forte comme Meilleure voiture compacte. Des honneurs, Kia en a reçu plusieurs comme le souligne Thomas Brien Iezzi, conseiller aux ventes de Ville-Marie Kia. «En 2018, Kia est arrivé en 5e position pour la fiabilité de ses modèles et en 1e place concernant les voitures pour la Kia Rio selon l’étude de la firme JD Power.» Rien de moins.
 
Mais c’est la Stinger qui a retenu notre attention, car elle est avant tout une vitrine du savoir-faire du constructeur sud-coréen en plus de dévoiler une facette sportive à laquelle Kia ne nous avait pas habituée.
 
Tout d’abord, la voiture est belle quel que soit l’angle sous lequel on la regarde. La face avant arbore une touche de sportivité avec la prise d’air en dessous de la calandre typique de la marque Kia et ses phares en amande qui se terminent sur les ailes avant. De côté, le toit fuyant accentue aussi l’aspect ramassé que l’on attend sur un véhicule qui tente de montrer son agressivité. Enfin l’arrière dont le hayon intègre un becquet. Les doubles échappements de la Stinger GT signent définitivement sa vocation de routière sportive.
 
Une telle réussite n’est peut-être pas le fruit du hasard. Le design est l’œuvre de Peter Scheyer qui a commencé chez Audi avant d’intégrer Kia. Il est l’auteur du dessin de toutes les Kia depuis 2005. Et il faut associer Luc Donckerwolke qui a travaillé chez Volkswagen et dont le nom est associé à certaines Bentley et Lamborghini. «La Stinger plaît tout de suite par ses lignes, par l’accès à la valise par le hayon et par sa capacité de chargement ainsi que son espace intérieur entre autres pour les passagers arrière», indique Thomas Brien Iezzy rapportant les commentaires de la clientèle intéressée par ce modèle.
 
Mais faut-il encore que le ventre de la bête soit à l’image de son apparence. Et là aussi, le pari est gagné. Soulignons-le tout de suite, la Stinger a une transmission intégrale associée à une boîte automatique à 8 rapports. Au Canada, seules les versions GT sont disponibles, avec trois versions et deux motorisations.
 
La Stinger GT-Line arrive équipée d’un quatre cylindres développant 255 chevaux intégrale. Les Stinger GT et GT Limitée proposent un six cylindres de 365 chevaux et équipés de freins Brembo! Plus de doute, l’appel de la piste se fait sentir. Le tout avec un peu de moins de 5 secondes pour passer de 0 à 100 km/h. Mais c’est avant tout comme routière que la Stinger donne le meilleur d’elle-même, rassurante quelles que soient les conditions routières. «On voit que Kia veut assurément occuper le créneau des berlines sportives comptant sur la qualité et la fiabilité de construction de tous ses modèles», ajoute le conseiller aux ventes.
 
L’intérieur rejoint les plus hauts standards de qualité et avec la Stinger, Kia talonne les marques allemandes de référence que sont Mercedes, Audi et BMW. Pour certains, la boîte de vitesse automatique n’a rien à envier à celle de Porsche. Que d’éloges pour un véhicule qui mise aussi sur un prix tout à fait raisonnable et bien en-dessous de la concurrence allemande. «Sans oublier que Kia offre la meilleure garantie de toute l’industrie automobile, ce qui n’est pas à négliger quand on décide de se porter acquéreur d’un nouveau véhicule», de conclure Thomas Brien Iezzi. L’échelle des prix selon les versions de la Stinger commence à 39 995$ pour atteindre 49 995$ pour la version GT Limitée.
 
Un coup de maître en fait pour la marque sud-coréenne qui en l’espace de quelque vingt ans a su devenir un joueur majeur dans le monde très fermé de l’automobile alors que des marques très établies depuis des décennies ont du mal à trouver un second souffle pour rester dans la course.
 
Kia Stinger