N'importe quoi

Une thérapeute koweïtienne dit avoir inventé un suppositoire anti-homosexualité

Yannick LeClerc
Commentaires
Une thérapeute koweïtienne dit avoir inventé un suppositoire anti-homosexualité
Photo prise par © Une thérapeute koweïtienne dit avoir inventé un suppositoire anti-homosexualité

Dans une émission télévisée au Koweït, une « experte » en sexualité a présenté des suppositoires censés neutraliser un « ver anal » responsable de l'homosexualité.

Dans une émission de Scope TV, une chaîne basée à Koweït City, une spécialiste de la sexualité était invitée pour parler d'une de ses découvertes : « Des suppositoires thérapeutiques qui freinent les envies sexuelles des garçons du troisième genre, ainsi que du quatrième genre, c'est-à-dire les lesbiennes masculines ».

Pour Mariam Al-Sohel, « garçons du troisième genre » est une façon de dire « homosexuels ». L'interview a été traduite par Memri, une organisation basée à Washington qui analyse et traduit les médias en langue arabe.

La thérapeute considère que sa méthode est « scientifique » et basée sur la « médecine prophétique ». Pour elle, l'homosexualité est une maladie transmise par le viol, et les suppositoires qu'elle montre à l'antenne peuvent guérir l'individu atteint : « Les désirs sexuels se développent quand une personne est agressée sexuellement. Ils persistent ensuite à cause de la présence d'un ver anal qui se nourrit de sperme. Donc j'ai créé des suppositoires, qui peuvent être utilisés dans certains contextes. Ils guérissent ces désirs en exterminant le ver qui se nourrit de sperme ».

Elle précise que ces suppositoires peuvent aussi guérir les lesbiennes. Dans l'émission, Al-Sohel dit être lauréate d'un doctorat sur « l'homosexualité et le harcèlement sexuel », obtenu dans une université turque. Elle donne aussi des conseils nutritionnels aux homosexuel·les, expliquant que « manger de la nourriture qui pousse dans le sol procure aux hommes de la stabilité, et renforce leurs muscles et leur masculinité ».

Au Koweït, l'homosexualité est illégale et passible de prison, car elle viole les lois « anti-débauche » du royaume. En 2017, soixante-seize hommes étrangers soupçonnés d'homosexualité avaient été expulsés du pays après des raids contre des salons de massage. Le simple fait pour un homme de se déguiser en femme est aussi illégal au Koweït.