Village Gai

3 organismes applaudissent la motion reconnaissant un statut particulier au Village

Yannick LeClerc
Commentaires

Le Conseil québécois LGBT, la CDC Centre-Sud et la SDC du Village ont accueilli avec reconnaissance la motion ayant été adoptée à l’unanimité le 14 mai 2019 par l’Assemblée nationale du Québec visant à ce « Que l’Assemblée nationale reconnaisse le statut particulier du Village gai de Montréal comme lieu de refuge et d’émancipation pour les communautés LGBTQ+ du Québec ». Cette motion a été déposée à l’initiative de la députée de Sainte-Marie – Saint-Jacques, Manon Massé. 

HIer, sur sa page Facebook, Manon Massé publiait ceci alors qu'elle s'apprétait à déposer la motion:

«Je me souviens.

Il y a 50 ans jour pour jour, nous raconte l'histoire, l'homosexualité sortait du Code criminel canadien parce que « l'État n'a rien à faire dans les chambres à coucher ».

Ça ne colle pas tout à fait à la réalité. C'est vrai, la réforme de 1969 permettait à deux adultes consentants de plus de 21 ans de commettre des actes criminels de « sodomie » ou de « grossière indécence » pourvu que ça reste privé et strictement privé.

Dans les faits, l'État n'avait déjà pas les moyens de faire la police de la chambre à coucher. La brigade des moeurs allait continuer à nous criminaliser partout ailleurs, en s'appuyant sur d'autres articles du Code criminel.

En 1977, 220 personnes sont arrêtées au bar Truxx dans le Village: 143 d'entre elles sont accusées de « grossière indécence » et d'avoir été présents « dans une maison de débauche ».

En 1990, la police de Montréal fait une descente violente sur un party homosexuel. Le lendemain, en guise de protestation, la communauté s'embrasse devant le poste de police 25… Les policiers enfilent des gants en latex pour se protéger du sida, et matraquent le monde.

Ce que j'ai envie de commémorer aujourd'hui, c'est les 50 ans qui ont suivi 1969: 50 ans de luttes de la communauté pour faire reconnaître ses droits, 50 ans d'évolution des mentalités, 50 ans de réformes successives culminant sur l'égalité juridique des gays et lesbiennes. 

On a encore du chemin à faire pour atteindre l'égalité sociale de toutes les minorités sexuelles. Mais quand on regarde dans le rétroviseur, on peut se féliciter le chemin qu'on a fait depuis 1969.»

« Nous applaudissons cette motion qui reconnaît le rôle important que joue le Village pour l’acceptation de la communauté LGBTQ+. Notre société est privilégiée de compter sur un espace aussi ouvert, diversifié et vibrant que le Village. Son dynamisme fait l’envie de nombreuses villes à travers le monde. Le Village de Montréal est le deuxième en importance en Amérique du Nord après celui de Castro à San Francisco. Il est devenu une carte de visite du Québec et de Montréal pendant la saison touristique estivale, avec 16 millions de visites de juin à septembre 2016. Cette motion engage le Gouvernement du Québec à faciliter la protection, le développement et le rayonnement du Village, à l’heure où de grands projets se dessinent pour l’avenir », souligne le nouveau directeur de la Société de développement commercial du Village, Yannick Brouillette. 

Marie-Pier Boisvert du Conseil québécois LGBT considère que « pour le Conseil et les organismes qu’il représente, la motion est une étape importante vers des engagements concrets qui permettraient aux groupes communautaires LGBTQ+ de demeurer dans le Village pour offrir les services nécessaires et pour permettre aux organismes qui avaient dû quitter le Village d’y revenir ». 

« Le quartier va connaître des transformations importantes dans les prochaines années avec la réalisation de projets immobiliers majeurs. Il y a actuellement une consultation sur un projet de programme particulier d’urbanisme pour le secteur des Faubourgs et nous pensons qu’il est important de préserver le Village comme un lieu d’accueil pour les communautés LGBTQ+ », comme le mentionne Alexandre Savoie de la Corporation de développement communautaire Centre-Sud. 

Pour Firmin Huvagimana, du Conseil québécois LGBT, « c’était très fort symboliquement que tous les partis prennent la parole pour nous soutenir publiquement et pour reconnaître l’histoire du Village dans l’histoire du Québec et de sentir que la majorité soutienne les minorités de sexe et de genre »