Théâtre

La pièce La machine de Turing triomphe aux Molières

L'agence AFP
Commentaires
La pièce La machine de Turing triomphe aux Molières
Photo prise par © Benoît Solès

La 31e cérémonie des Molières a pris une coloration LGBT-friendly à plusieurs reprises lundi soir à la faveur des récompenses remises à « La machine de Turing » et « Les Idoles », deux spectacles évoquant l'homosexualité et le sida. 

Les Molières du théâtre français ont largement récompensé lundi « La machine de Turing » au cours d'une soirée brièvement perturbée par l'irruption d'intermittents « gilets jaunes » qui ont dénoncé les coupes budgétaires pour la culture sous les yeux du ministre.

La soirée, qui décerne les prix les plus prestigieux du théâtre français, s'est déroulée aux Folies Bergère, à Paris, avant d'être diffusée en différé en deuxième partie de soirée sur France 2. Une diffusion toutefois privée de la séquence « gilets jaunes » au nom de la « maîtrise de l'antenne », a précisé la chaîne publique.

Côté pièce de théâtre, c'est le triomphe de « La machine de Turing », inspirée de la vie du mathématicien britannique homosexuel qui a brisé le code secret de l'Enigma allemande pendant la Seconde Guerre mondiale.

La pièce a remporté ses quatre nominations: meilleur spectacle dans le théâtre privé, meilleur comédien dans le privé pour Benoît Solès (photo), qui remporte également le Molière de l'auteur francophone vivant, et meilleur metteur en scène dans le privé pour Tristan Petitgirard.

L'équipe de la pièce et notamment son acteur principal ont largement fait référence à l'homosexualité d'Alan Turing et à son sort tragique - il s'est suicidé après avoir été condamné en 1952 pour « outrage aux bonnes moeurs » avec un jeune homme de 19 ans, à une période où l'homosexualité était interdite en Grande-Bretagne - lors de leurs remerciements.

Autre référence LGBT de la soirée, la pièce de Christophe Honoré « Les Idoles ». Marina Foïs remporte le Molière de la meilleure comédienne dans le théâtre public pour son interprétation dans cette pièce dédiée aux « idoles » de l'auteur mort du sida.

La cérémonie a misé cette année sur l'humoriste Alex Vizorek qui a réussi son pari de faire rire l'assistance à plusieurs reprises. « C'est toujours agréable de voir réunis tous ces gens de gauche dans une soirée de droite », a-t-il ironisé.