Place au Village

L’univers déjanté et magnifique de TOILETPAPER

André-Constantin Passiour
Commentaires
ToiletPaper à la Galerie Blanc
ToiletPaper à la Galerie Blanc
Photo prise par © Michel Bazinet
ToiletPaper à la Galerie Blanc
Photo prise par © Michel Bazinet
Maurizio Cattelan et Pierpaolo Ferrari en compagnie de 2 jeunes filles
Photo prise par © Michel Bazinet
Maurizio Cattelan et Pierpaolo Ferrari à l'Usine C
Photo prise par © Michel Bazinet
  • ToiletPaper à la Galerie Blanc
  • ToiletPaper à la Galerie Blanc
  • ToiletPaper à la Galerie Blanc
  • Maurizio Cattelan et Pierpaolo Ferrari en compagnie de 2 jeunes filles
  • Maurizio Cattelan et Pierpaolo Ferrari à l'Usine C

L’artiste Maurizio Cattelan, un natif de Padoue dans le Nord de l’Italie, qui vit et travaille à new York, s’est associé avec le réputé photographe Pierpaolo Ferrari, de Milan, pour former un bizarre de duo appelé "TOILETPAPER" - oui, oui, vous avez bien lu - créant des œuvres aussi étonnantes que surréalistes. C’est en 2010 que ces deux créateurs se rassemblent pour mettre sur pied le magazine TOILETPAPER qui paraît deux fois l’an. Ensemble, ils créent tout un univers imaginaire surréaliste et fantasmagorique autant pour le magazine que pour des installations ou des produits design. Après l'exposition de groupe incluant Dominique Pétrin et Sonny Assu, James Kerr, The Live Wild Collective et Victor Ochoa, la Galerie Blanc, à l’angle de Sainte-Catherine et d’Amherst, accueille TOILETPAPER dans le cadre de cette nouvelle saison de l’événement estival Aires Libres.

La Galerie Blanc recevra les œuvres de ces artistes du 10 mai 2019 au 1er mai 2020. TOILETPAPER est la 3e exposition présentée dans la Galerie Blanc.
 
Séparément, chacun est au sommet de son art. Ferrari, lui, provenant du milieu de la publicité et de la mode, compte dans son portfolio des magazines aussi prestigieux que Vogue et Wallpaper. Pour ce qui est de son compère, Cattelan, qui dit avoir pris sa retraite du monde des arts après une rétrospective réussie, en 2011, au Musée Solomon R. Guggenheim, a dirigé tout de même, par la suite, une grande exposition à Shanghai en tant que commissaire… «Ce que vous voyez est une ré-élaboration de ce que vous voyez chaque jour, cependant, […] vous le regardez d’une manière tout à fait surprenante», a dit Pierpaolo Ferrari en entrevue au site artistique artsy.net, l’année dernière. Rien qu’à voir leur site www.toiletpapermagazine.org, Ferrari n’aura jamais aussi bien dit!
 
Encore cette année, Nicolas Denicourt assume le poste de commissaire de la Galerie Blanc.
toilette paper
 
Pourquoi avoir choisi TOILETPAPER cette année plutôt que quelqu’un d’autre?
 
Nicolas Denicourt: Ça fait maintenant plus de deux ans que je travaille à les avoir à Montréal. Le tout à commencé à germer lorsque je travaillais chez Massiv’Art / Chromatic où nous rêvions de les exposer avec les ami.e.s Malak Abu-Qaoud et Arthur Gaillard. Avec la Galerie Blanc, c'était le contexte idéal pour recevoir cette exposition. Le moment était aussi bon pour Maurizio et Pierpaolo de TOILETPAPER.
 
Il semble y avoir un parallèle entre Dominique Pétrin et TOILETPAPER du fait qu’ils soient tous les deux très colorés, exubérants, dynamiques, non?
 
J'ai un penchant pour les gens qui ne se prennent pas trop au sérieux. Ça se ressent également dans mon travail. Le Village est un endroit vivant et très coloré et pour moi c'est important de présenter des expositions dynamiques qui font sourire. J'ai envie que les gens passent un bon moment mais surtout, qu'ils ne restent pas indifférents. Il est possible de passer des messages sans que ce soit lourd et c'est ce que j'essaie de faire à travers mes expositions.
 
Celle-ci traduira l’esthétique irrévérencieuse développée par le duo italien, mettant en valeur une quarantaine de leurs œuvres. Je crois qu'avec cette exposition, les gens vont commencer à sentir mon amour pour la photographie et le surréalisme.
 
À tes yeux, qu’est-ce qui caractérise les œuvres de Maurizio Cattelan et Pierpaolo Ferrari?
 
Cattelan et Ferrari ont conçu un univers décalé et audacieux où sont proposés des récits ambigus et une imagination troublante, combinant la photographie commerciale à une approche visuelle surréaliste. S’inspirant à la fois de la culture populaire, du monde de la publicité, de l’iconographie religieuse et de l’histoire de l’art, TOILETPAPER sonde le phénomène actuel d’hyperconsommation des images, le tout avec une savoureuse dose d’ironie.
 
Est-ce que TOILETPAPER occupera tout l’espace de la Galerie Blanc?
 
Oui, il s'agira de la première exposition solo à la galerie Blanc. Les artistes Maurizio Cattelan et Pierpaolo Ferrari étaient d’ailleurs présents lors de notre vernissage, le 10 mai passé.
 
Est-ce que les colonnes rétroéclairées sur Sainte-Catherine seront aussi occupées par TOILETPAPER où y aura-t-il d’autres artistes?
 
Cette année nous avons décidé d'utiliser les modules afin de renforcer la signalétique et promouvoir les artistes et installations présentés dans le cadre de Aires Libres 2019. Nous avons donc produit avec le studio Baillat, plusieurs affiches qui seront disposées tout au long de la piétonisation.