16 juin 2019

Déjà 17 ans en 2019 pour Mohawk Barbier

André-Constantin Passiour
Commentaires
Mohawk Barbier

Probablement que Jean-Marc Cardinal, le fondateur et propriétaire de Mohawk Barbier, n’aurait jamais pensé perdurer autant de temps que ça. Toujours est-il que voici qu’il atteint presque le cinquième de siècle… Presque. Il est en bonne voie et des changements heureux sont peut-être, peut-être dis-je bien, en chemin. Situé sur Papineau au sud de Sainte-Catherine, Mohawk passe à travers le temps et renouvelle constamment sa clientèle masculine qui est plus diversifiée que jamais en 2019. Le phénomène «hipster» aidant et peu importe l’orientation sexuelle, les gars ont besoin de soins de la barbe de qualité par un personnel attentionné, ce que fournit amplement Mohawk pour qui y est déjà allé ne serait-ce qu’une seule fois.

C’est exactement le 23 juin 2002 que Mohawk ouvrait ses portes. Pour souligner l’événement, un petit cocktail sera offert le dimanche 16 juin, au salon de barbier même, dès 17h. Ce sera l’occasion de festoyer avec le personnel, les clients et amis de Mohawk.
 
«Je suis super content d’être encore là, d’être encore ouvert. Il faut avouer que les dix dernières années n’ont pas été faciles dans le Village, dit Jean-Marc Cardinal. Il y a eu beaucoup de fluctuations, bien des fermetures. Mais je suis heureux aussi parce que la clientèle s’est beaucoup diversifiée. Celle-ci est cons-tituée maintenant à 50% de gais et 50% d’hétéros, au moins. Je me demande parfois si ce n’est pas plus d’ailleurs. Mais oui, on s’est taillé une belle réputation en tant que barbier. Heureusement! J’ai toujours aimé que les gens se mélangent, qu’il y ait une mixité de la clientèle, c’est plus intéressant et enrichissant.»
 
17 ans chez Mohawk ne veut pas dire que Jean-Marc Cardinal n’est dans le Village que depuis cette année-là. Jean-Marc connaît le Village depuis 30 ans. 
 
«J’ai vu bien des vagues dans le secteur, et ce n’était pas toujours que du bon, révèle-t-il. Ceci étant dit, je suis bien content que le Village se diversifie aujourd’hui. Surtout l’été, avec la piétonisation, il y a toutes sortes de gens. C’est bénéfique pour tout le Village.»
 
Pour ce qui est de Mohawk à proprement parler, ce barbier avec son style particulier a su tirer son épingle du jeu. «Lorsque j’ai ouvert Mohawk, à Montréal, il n’y avait pratiquement pas de genre "barbier". Maintenant, à cause du phénomène "hipster" (les gars qui portent une barbe), il y a au moins une centaine de barbiers en ville. Les gens se sont "garrochés" sur les commerces qui font barbershops. Certains ont le look, mais n’ont pas l’expérience ou la qualité. Ici, cela va super bien. Durant les 10 premières années, il y avait 10% de la clientèle qui venait pour le traitement cheveux/barbe, aujourd’hui, c’est plutôt 60% et plus. Et la tendance, même si elle s’estompe un peu, est encore là pour plusieurs années. Ce qui fait la différence, ce sont vraiment les soins que nous offrons aux clients, car c’est tout un art de prendre soin des barbes, de bien les traiter. Il faut dire aussi qu’ici, les prix sont moins chers qu’ailleurs, chez des coiffeurs, par exemple…»
 
Mine de rien, Mohawk s’est bâti aussi, avec le temps, une petite clientèle féminine. Ce qui n’est pas à négliger. «Il y a quelque chose qui se mijote en ce moment, quelque chose de nouveau, mais je ne peux en parler pour l’instant. Donc, il va y avoir du changement à Mohawk et ce sera quelque chose de très positif !», de terminer Jean-Marc Cardinal.
 
Pour ceux qui consultent souvent le site web, il y aura quelques surprises de ce côté-là aussi, puisque celui-ci sera modifié et renouvelé.
 
Mohawk Barbier - 1305, avenue Papineau, Montréal.