­22 mai - 4 juin 2019 — FTA

Plusieurs occasions de sortir de soi

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
FTA - Innervision
Photo prise par © FTA - Innervision

Est-ce un hasard du calendrier, la disponibilité des artistes invité.es, ou un choix voulu, mais les derniers spectacles présentés dans le cadre du Festival TransAmériques 2019 (FTA) sont tous des créations québécois.es. Plein phare alors sur les artistes d'ici, aussi bien en théâtre, en danse, en performance, ou les trois à la fois tant les murs entre les différentes disciplines sont devenus au fil du temps poreux. On ne peut d'ailleurs que s'en réjouir et profiter de nouvelles avenues artistiques, surprenantes, séduisantes, et parfois bouleversantes.

Innervision
Le grand spectacle gratuit du FTA sur la Place des festivals du Quartier des spectacles. 60 danseurs d'un côté. De l'autre un chef d'orchestre, chorégraphe, scénariste, etc., invisible, Martin Messier. Le lien entre les danseurs et lui: des oreillettes à travers lesquelles Marin Messier dirige les danseurs et crée ce qu'il appelle lui-même, un ballet de fin du monde. 5 représentations à ne pas manquer pour découvrir une œuvre originale et envoûtante.
 
 
Speed Glue
Jouer au tennis de table avec comme unique objectif que jamais l'échange de balle ne s'arrête. Il ne s'agit plus de battre l'adversaire mais de maintenir une relation égalitaire avec l'autre. Cela n'enlève rien à la virtuosité, à la beauté des frappés, et bien mieux laisse apparaître une curieuse chorégraphie rythmée par le son sec de la balle frappant la table. Un spectacle hypnotisant. Deux joueurs professionnels, Antoine Bernardet et Edward Ly ont accepté la proposition de Simon Grenier et Dorian Nuskind-Oder, les concepteurs de cette performance, Le sport est un art, sans contexte avec Speed Glue.
 
 
Cutlass Spring
La chorégraphe Dana Michel, originaire d'Ottawa, continue d'écrire son aventure chorégraphique et performative en brisant les codes. Avec Cutlass Spring, la créatrice se demande comment parler «de trucs de sexe», selon ses propres mots. Quel est le rapport du corps aux autres, et comment le partager. Cutlass Spring se veut une exploration qui prend tout son sens à l'ère du politiquement correct. Originalité, humour, Dana Michel décrit ainsi sa démarche sur son site: «Mon travail est possiblement d’examiner ce qui l’inspire: cinématographie, sculpture, comédie, psychologie, commentaire social.»
 
 
Fear and Greede
Danse encore avec deux grands noms de la chorégraphie québécoise. Tout d'abord, Frédérik Gravel présentera un solo, Fear and Greede. Connu pour ses créations à plusieurs, Frédérick Gravel veut encore une fois se questionner sur son art, sur ce qu'il veut dire, et surtout ce qu'il peut exposer aux spectateurs.trices. Une façon pour le chorégraphe, à la veille de sa quarantaine de se mettre en danger. Le créateur de Tout se pète la gueule, Chérie (2010) n'a pas perdu sa fougue et bouscule, parfois avec humour, parfois avec grincement, ce que nous sommes devenus pour peut-être nous convaincre de sortir de notre torpeur. Chorégraphe et interprète, Frédérick Gravel trace dans ce solo l'essence de son écriture.
 
 
Unfold 17 perspectives
On ne présente plus Danielle Desnoyers et sa compagnie Le carré des Lombes. Avec Unfold 17 perspectives, la chorégraphe joue l'instabilité, les équilibres qui ne durent pas grâce à un dispositif scénique modulable qui oblige les interprètes à s'adapter à des contraintes inusitées pour le corps. Adaptation et aussi résistance pour ne pas plier, ne pas chuter, ne pas tomber. Huit interprètes tentent alors de survivre entre la recherche de l'individualité et du collectif.
 
 
SOIFS Matériaux
Théâtre et littérature autour d'un monument de la littérature québécoise, Marie-Claire Blais. Le spectacle SOIFS Matériaux conçu par Denis Marleau et Stéphanie Jasmin (UBU compagnie de création) réunissant 25 interprètes sur scènes, plus des musicien.nes, parcourt le vaste cycle polyphonique de l'autrice commencé avec Soifs, publié en 1975, et se terminant avec Une réunion près de la mer en 2018. Un cycle où se croisent plus de 240 personnages. À travers l'œuvre de Marie-Claire Blais, les deux concepteurs, Denis Marleau et Stéphanie Jasmin ont été attirés non seulement par la langue de l'autrice mais aussi par son regard presque visionnaire sur nos sociétés et leurs enjeux, comme les mouvements migratoires, les violences faites aux femmes, l'urgence climatique ou encore la résurgence de fléaux comme celui du racisme. Un spectacle d'une essentielle pertinence à nos questionnements actuels qui rend hommage à Marie-Claire Blais.
 

Pour les dates et les lieux des spectacles, une seule adresse: fta.ca