Greenwich Village

Pour la première fois, New York va dédier un monument à deux femmes trans

L'équipe de rédaction
Commentaires
Deux femmes transgenre

New York va consacrer un monument à deux femmes transgenre, militantes de la lutte pour les droits de la communauté LGBTQ et figures des émeutes de Stonewall, une initiative présentée comme «une première mondiale» par le maire Bill de Blasio.

Le monument, dont la forme exacte n'a pas été dévoilée, devrait être érigé, à une date non précisée, dans le quartier de Greenwich Village, tout près du Stonewall Inn, lieu d'émeutes emblématiques dont New York s’apprête à souligner le 50e anniversaire en grande pompe à la fin juin. L'apport des personnes transgenre au mouvement pour les droits des minorités sexuelles a souvent été minimisé, voire ignoré, y compris par une partie de la communauté homosexuelle. 

Marsha P. Johnson et Sylvia Rivera faisaient partie des manifestants qui se sont opposés le 28 juin 1969 à une descente de police au bar gai Stonewall Inn, marquant le début de plusieurs jours d’émeutes considérées comme un tournant pour les droits des minorités sexuelles aux États-Unis.

« Ériger des statues ne change pas tout, mais cela envoie un message », a déclaré jeudi le maire lors d'une cérémonie organisée dans un centre d’accueil et d'animation de la communauté LGBTQ à New York. « Nous savons que des trans faisaient partie de cette rébellion. En réalité, ils faisaient partie des leaders de ce moment décisif de l'histoire. » 

« L'histoire n'a pas rendu justice à Marsha et Sylvia, tout comme à beaucoup d'autres trans de couleur qui étaient aux avant-postes », a dit Chirlane McCray, l'épouse du maire, elle-même noire et ancienne militante pour la cause lesbienne.

Très jeunes au moment des événements de Stonewall, Marsha P. Johnson, qui était noire, et Sylvia Rivera, d'origine hispanique, sont devenues par la suite des personnalités marquantes de la communauté transgenre. Elles ont fondé ensemble l'organisation Street Transvestite Action Revolutionaries (STAR), destinée à soutenir les jeunes trans, gais ou altersexuels (queer, c'est-à-dire à sexualité sans genre) sans domicile fixe. Marsha P. Johnson a ensuite été une militante réputée d'Act-Up, association de lutte contre le sida. Elle a été retrouvée morte dans le fleuve Hudson, qui borde Manhattan, en 1992, à 46 ans. :Le décès a d’abord été présenté comme un suicide par l'enquête de police, mais cette version est de plus en plus contestée qui soupçonnent un meurtre.