Tourisme

On s’alarme en Éthiopie de l’arrivée de touristes gais

L'équipe de rédaction
Commentaires
Éthiopie de l’arrivée de touristes gais

L'offre modeste d’une agence de voyages LGBT de Chicago met les autorités religieuses du pays d'Afrique de l'Est dans tous leurs états.

Une instance religieuse oecuménique éthiopienne a appelé en début de semaine le gouvernement à empêcher une agence de voyages américaine dédiée à la communauté LGBT d'organiser un circuit touristique dans le pays, au motif que l'homosexualité est un acte «immoral».

«Les circuits (touristiques) ou les programmes de rencontres qui tentent d'utiliser nos sites historiques et notre héritage, devraient être immédiatement stoppés par le gouvernement éthiopien, et nous encourageons les Éthiopiens qui soutiennent ces actes immoraux et malfaisants à s'en détacher», a déclaré Tagay Tadele, secrétaire général du Conseil interreligieux d'Éthiopie, dans une conférence de presse à Addis Abeba. Ce Conseil regroupe l'Église orthodoxe, la plus importante du pays, l'Église catholique, l'Église adventiste du 7e jour, diverses Églises d'obédience évangélique, ainsi que le Conseil suprême éthiopien des affaires islamiques. Il n'a pas fait directement référence à l'agence de voyages visée. Mais, selon un influent groupe religieux affilié à l'Église orthodoxe, Sileste Mihret United Association (SMUA), il s'agit de la compagnie américaine Toto tours.

L'agence, installée à Chicago, explique sur son site internet servir la communauté LGBT depuis 1990. Elle propose un circuit de 16 jours en Ethiopie du 25 octobre au 9 novembre, qui passera par les principaux sites touristiques du pays, dont les églises rupestres de Lalibela. Cette initiative a déclenché une vive hostilité en Ethiopie, où les actes homosexuels sont passibles d'une peine de prison de 15 ans, et a même valu des menaces à Toto tours.

Dan Ware, le patron de Toto tours, a déploré dans une réponse écrite que sa compagnie soit «terriblement incomprise». Toto tours «n'a pas pour vocation de répandre des valeurs contraires aux cultures locales», a-t-il souligné. «Nous sommes juste une organisation avec laquelle les personnes partageant les mêmes aspirations peuvent voyager ensemble confortablement». Il a expliqué avoir fait la publicité du circuit sur les réseaux sociaux, déclenchant en retour une «énorme campagne contre nous, dont des menaces de mort». Il a demandé la protection du Département d’État américain et du ministère éthiopien du Tourisme. Pour le patron de Toto Tours, cette campagne pourrait avoir un «impact négatif sur l’industrie du tourisme en Ethiopie». Vingt-huit pays sur 49 en Afrique sub-saharienne ont des lois pénalisant les relations homosexuelles, selon Human Rights Watch.