Australie

Disgrace d'un haut placé religieux en Australie, homophobe et condamné pour pédophilie

L'équipe de rédaction
Commentaires
Disgrace d'un haut placé religieux en Australie, homophobe et condamné pour pédophilie

Prêtre d'une paroisse rurale australienne devenu des décennies plus tard le grand argentier du Vatican, George Pell a connu une ascension fulgurante. Ce prélat aux positions homophobes se bat désormais pour ne pas finir sa vie derrière les barreaux après sa condamnation pour pédophilie.

Pour ceux qui l'admiraient, le cardinal Pell, 77 ans, dont le procès en appel a débuté mercredi devant la Cour suprême de l'Etat de Victoria à Melbourne, incarnait avec son imposante silhouette, son éloquence et son franc-parler, le traditionalisme catholique australien. Le prélat a toujours nié avoir sexuellement agressé dans les années 1990 deux enfants de choeur dans la sacristie de la cathédrale Saint-Patrick de Melbourne. Ces faits lui ont valu d'être condamné en mars à six ans de prison, sans possibilité de libération conditionnelle avant fin 2022. Ses avocats dénoncent notamment le caractère "déraisonnable" d'un verdict prononcé en vertu du témoignage d'une seule victime. La seconde est décédée.

Né en 1941, George Pell a grandi à Ballarat, une ville du Victoria qui doit sa prospérité à la ruée vers l’or australienne du XIXe siècle. C'est à Rome qu'il mène une partie de ses études avant d'être ordonné prêtre dans le diocèse de Ballarat en 1966. Son ascension fut rapide jusqu'à être nommé archevêque de Melbourne en 1996 puis de Sydney en 2001. Il est inclus en 2003 dans le puissant Collège des cardinaux, siégeant aux conclaves qui élisent Benoît XVI puis François. Il était encore archevêque de Sydney quand le pontife argentin, tout juste élu, l'a choisi en 2013 pour faire partie du conseil de neuf cardinaux (C9) chargés de l'aider à réformer la Curie, le gouvernement du Vatican. Puis en février 2014, il devient secrétaire à l'Economie, véritable numéro trois du Vatican, chargé d'une révolution: regrouper des services et soumettre leur gestion à des normes internationales strictes et transparentes. 

Sa réputation en a cependant pris un coup avec des accusations selon lesquelles il aurait couvert des abus sexuels commis par des prêtres dans l'Etat de Victoria, quand il y exerçait son ministère. Une enquête nationale portant sur les réponses institutionnelles apportées en Australie aux abus sexuels commis sur des enfants entre 1950 et 2010 a conclu que 7% des prêtres avaient été accusés d'actes pédophiles. Ces accusations n’avaient donné lieu à aucune enquête. Il présenta ses excuses au nom de l'Eglise mais assura n'avoir aucun souvenir de plaintes reçues pour des crimes commis par des membres du clergé. Il reconnut néanmoins avoir "failli" dans sa gestion des prêtres pédophiles de Victoria dans les années 1970. Mais il assura notamment avoir été trompé par la hiérarchie catholique sur ce qui se passait réellement à une époque de "crimes et de dissimulation”. L'étoile du cardinal a cessé de briller définitivement quand, aux accusations d'avoir couvert des prêtres pédophiles, se sont ajoutées celles d'avoir été un agresseur. Celles-ci lui ont valu d'être reconnu coupable en décembre de cinq chefs d'accusation, notamment d'avoir imposé une fellation en 1996 à un garçon de 13 ans et de s'être masturbé en se frottant contre l'autre.

Au lendemain de cette condamnation qui était encore couverte par le secret, le Saint-Siège avait annoncé que le cardinal quittait le cercle de proches conseillers du pape. Quelques semaines plus tard, le Vatican annonçait qu'il n'était plus son secrétaire à l'Economie et qu'une enquête canonique serait ouverte, laquelle pourrait aboutir à des sanctions, dont la plus lourde serait le retour à la vie laïque.

 

Sources : AFP et PinkNews