Racisme / Homophobie

YouTube affirme vouloir bannir les vidéos discriminatoires

L'équipe de rédaction
Commentaires
Youtube

Le site de partage de vidéos YouTube a annoncé mercredi dernier l'intensification de sa lutte contre les contenus haineux en interdisant des vidéos prônant la discrimination ou la ségrégation.

« Nous interdisons spécifiquement les vidéos qui affirment la supériorité d'un groupe afin de justifier la discrimination, la ségrégation ou l'exclusion basée sur des critères comme l'âge, le genre, la race, la caste, la religion, l'orientation sexuelle », souligne un article publié sur le blogue de la filiale de Google. Ces nouvelles règles entrent en vigueur dès maintenant, mais « il faudra du temps pour que nos systèmes se mettent à niveau et nous allons graduellement étendre la couverture dans les mois à venir ». « Cela inclurait, par exemple, des vidéos qui promeuvent ou glorifient l'idéologie nazie, qui est par nature discriminatoire », précise le blogue.

À l'instar de Facebook ou de Twitter, YouTube se voit reprocher de ne pas faire assez pour supprimer rapidement des contenus prônant la haine, la violence ou colportant des théories du complot, dont l'audience a explosé grâce à l'avènement des réseaux sociaux.

De manière générale ces annonces des réseaux sociaux sont bien reçues par la majorité du public, mais elles suscitent aussi des critiques, non seulement des personnes visées, mais aussi des opposants à toute forme de censure, qui jugent que la « liberté d'expression », un droit protégé par le premier amendement de la Constitution des États-Unis, est totale et qu'elle est ainsi bafouée. Un juge fédéral a rejeté cette interprétation en 2018, estimant que l'article ne concernait pas les entreprises privées.

Selon YouTube, « le contexte est important, et donc certaines vidéos pourraient rester en ligne parce qu'elles discutent de sujets comme une législation en cours d'adoption, qu'elles condamnent ou dénoncent la haine, ou encore fournissent une analyse de l'actualité. En tant que plateforme ouverte, il est crucial pour nous de permettre à tout le monde - des créateurs aux journalistes en passant par les animateurs d'émission satiriques - d'exprimer leurs opinions dans le cadre de notre règlement. Les opinions peuvent être très offensantes, mais si elles ne violent pas le règlement, elles restent sur notre site », a écrit l'équipe YouTube sur Twitter.

 

Source : AFP