Chronique

La SDC ouvrira l’Espace Village

André-Constantin Passiour
Commentaires
img

Si vous n’êtes pas commerçants, peu d’entre vous saviez que la Société de développement commercial (SDC) du Village logeait dans des bureaux au-dessus du resto Mozza. Peu aussi dans la population en général savent que tous les équipements – les fameuses Boules de Claude Cormier, les tubulures rétroéclairées qui servent de décor hivernal, etc. – sont stockés dans un immense local en haut de la Station des Sports. Pourquoi on vous en informe? Parce que dans une étape sans précédent, la SDC du Village fera peau neuve et déménagera au niveau de la rue, oui, au rez-de-chaussée et sera accessible à tous et à toutes! Comme un commerce! On en profite pour en faire un espace multifonctionnel qui inclura une vocation culturelle et pour, éventuellement, proposer de l’information sur la programmation du Village!.

«Tout est parti du constat qu’il fallait quitter le local d’entrepôt, dit Yannick Brouillette, le directeur général de la SDC du Village. Nous avions l’option d’envoyer tout notre matériel à un sous-traitant. Mais pour nous, cela ne faisait pas de sens. Nous souhaitons conserver notre expertise et notre main-d’œuvre dans le Village. J’ai donc visité plusieurs locaux et je me suis laissé inspirer par Provincetown. Là-bas, il y a des bars et des restaurants et la plage, mais aussi des galeries d’art. Ici, nous avons la Galerie Blanc, mais c’est à l’exté-rieur. Il manque des espaces d’exposition intérieurs alors que nous avons pleins de ta-lentueux artistes LGBT. Des études démontrent que c’est bon de créer un milieu de vie et qu’il y ait une vie cultu-relle… Je me suis donc dit, pourquoi pas créer un tel espace pour consolider notre positionnement culturel?»
 
On pense donc à des locaux qui serviraient à la fois de galerie d’art, de bureaux de la SDC, de hub d’information touristique où on y propose-rait une collection de produits dérivés du Village, et tout ça dans un espace multifonctionnel de 2500 pieds carrés pouvant être reconfiguré au gré des événements. «Des bars, des restaurants, des cafés et une galerie d’art avec des expositions, des vernissages, etc., cela nourrit autant le corps que l’esprit. On y présentera aussi une exposition permanente sur l’histoire du Village, car nous avons un devoir de mémoire […]. De plus, on aurait assez d’espace pour tenir des assemblées générales, des ateliers, etc.», poursuit Yannick Brouillette.
 
Bon, d’accord! Mais où trouver un tel local dans le Village? En fait, cela fait sept ans qu’il y a un local abandonné à côté de la boutique Albatroz (le 1211, rue Sainte-Catherine Est). Ce qui est bien, c’est que ce magasin abrite un sous-sol insoupçonné d’une envergure de 10 000 pieds carrés et un rez-de-chaussée de 2700 pieds carrés. Bon, aujourd’hui cela a l’air vraiment, mais vraiment pas attirant du tout. «Bien sûr, mais imaginez un beau local réaménagé par l’architecte Patrick Blanchette, celui qui a conçu la terrasse du Tendresse. Ce sera très différent, chaleureux et accueillant! 
 
L’espace sera bien réfléchi, modulaire, comme l'Espace Molinari dans HoMa», souligne le directeur général de la SDC. C’est Patrick Blanchette à qui l’on doit, entre autres, la direction artistique de plusieurs projets immobiliers de Devimco dans Griffintown (dont Exalto, Amati et MaryRobert).
 
Et quand peut-on espérer une ouverture? Avec tous les travaux nécessaires, on pense à une ouverture pour les festivités de Fierté Montréal, soit au mois d’août.
 
Mais ce n’est pas tout. Au cours des prochains mois, on procèdera à l’embauche d’une personne qui sera formée en collaboration avec Tourisme Montréal – et on a déjà entrepris des discussions en ce sens avec cet organisme – et qui sera spécialisée pour donner des informations touristiques aux visiteurs. «Cela renforce le positionnement de Montréal comme destination LGBTQ+ incontournable, et engendrera de l’affluence dans le Village», note Yannick Brouillette avec un large sourire et des yeux pétillants…
 
Mais ce serait probablement mentir si on ne disait pas que cela a aussi été inspiré, en partie, par son voyage à New York, du 23 au 27 avril dernier, pour le congrès de IGLTA (International Gay & Lesbian Travel Association), une association d’entreprises en tourisme (compagnies aériennes, chaînes d’hôtels, offices de congrès, etc.). «Je suis revenu de ce grand salon enthousiasmé et tout plein d’énergie avec aussi plein d’idées en tête. Mais maintenant, après quelques contacts, après avoir recueilli les meilleures pratiques, après avoir constaté que Montréal et le Village ne sont pas très présents sur la scène internationale, il faut réfléchir à ce qu’on peut faire. Il faut établir une stratégie pour savoir comment on peut aller l’an prochain, à Milan, avec quelle délégation et avec quels collaborateurs afin d’y parler du Village et de tout ce qu’il a à offrir puisque nous avons, quand même, une destination exceptionnelle à promouvoir. Donc il faut réfléchir sérieusement à cela», explique Yannick Brouillette.
 
«Nous sommes parti du concept qu’on était "dans la rue" en raison de la perte du local d’entrepôt. Mais j’aimerais aussi que les nouveaux locaux de la SDC puissent donner le ton, que cela encourage des gens à ouvrir des commerces, que cela soit beau, attirant et, également, que cela puisse être appuyé par nos partenaires publics, privés et associatifs en ce sens», souligne le directeur général de la SDC du Village.
 
En marge de la consultation actuelle de la Ville sur le quartier des Faubourgs, la SDC lancera aussi le «Comité Village 2025», à la fin de la belle saison, «pour penser au Village de demain». On peut dès maintenant se renseigner auprès de la SDC si on veut en faire partie pour discuter de la vision du Village du futur…
 
Donc, bien des développements et des nouveautés à venir qu’il faudra surveiller… 

www.villagegaimontreal.com