EXPOSITIONS – 50e DU BILL OMNIBUS

Madame Arthur s’expose au Never Apart

Julie Vaillancourt
Commentaires
Madame  Arthur

Du 18 juillet au 29 septembre, MediaQueer Database propose un retour au légendaire bar Chez Madame Arthur, par le biais d’une installation et des photographies de Suzanne Girard, exposées au Never Apart. Discussion avec Julianne Pidduck, chercheuse principale du projet et professeure au département de communication à l’Université de Montréal.

«Ce projet a commencé alors que je menais des recherches au sujet des traces audiovisuelles des bars des années 70. J’étais intéressée par la nature éphémère de ces bars et leur importance pour les communautés gaies et lesbiennes». Inspirée par les recherches existantes, Julianne désirait comprendre l’importance des bars par rapport au militantisme lesbien et féministe émergent de ces années-là. Puisque pas de traces visuelles subsistent de Chez Madame Arthur, ce bar qui aura pignon sur rue à Montréal de 1971 à 1975, l’exposition éponyme présentée au Never Apart se propose de revisiter l’atmosphère du lieu par le biais d’une installation, avec jukebox et capsules sonores de récits et mémoires des clientes ayant fréquenté le bar. Lieu important de rencontre, pour les lesbiennes de l’époque, «Madame Arthur fut un lieu de descentes policières, dont celle de 1974 qui fut particulièrement violente envers les femmes. Il reste de nombreux récits - relatés dans les revues lesbiennes de l’époque ou encore dans les recherches de Line Chamberland - que nous allons reproduire», explique Julianne.
 
Afin de commémorer ce lieu, mais aussi les femmes très politisées qui fréquentaient ce bar, l’exposition présente aussi des photographies de Suzanne Girard: «Puisqu’il ne reste plus de traces visuelles de Chez Madame Arthur et des bars lesbiens des années 70, l’idée est de présenter les photos de Suzanne Girard, qui a commencé à faire des photos de bars (l’Exit, Labyris, Lilith, Les ponts de Paris) et de clientes, dans les années 80», explique Julianne qui n’hésite pas à vanter le travail de la photographe. Suzanne Girard est d’ailleurs reconnue pour ce fameux cliché de Baby Face (Denyse Cassidy) photographié à l'entrée de son bar, en 1980. 
 
Dans le cadre des célébrations du cinquantième anniversaire du Bill Omnibus et de la décriminalisation de l’homosexualité, deux autres séries d’expositions thématiques seront présentées au Never Apart. À commencer par 69 Positions: décriminalisation dans les archives filmiques queer québécoises et canadiennes. Aussi, mentionnons La présence de l’absence, une exposition de Véronique Boilard, Virginie Jourdain, Kimura Byol-Nathalie Lemoine, en partenariat avec les Archives Gaies du Québec.