Stonewall — Fugues à New York

L’aversion de Trump pour les drapeaux arc-en-ciel n'est pas récente

Yves Lafontaine
Commentaires
Stonewall
Photo prise par © Stonewall

On vient d’apprendre que quelques mois après la prise de fonction du président Trump en 2017, son administration a commencé à se distancer du symbolique drapeau de la fierté qui se trouvait au Stonewall Inn. Cela inclut l'annulation d'une cérémonie officielle sur le site historique et finalement la remise à la Ville de New York du drapeau arc-en-ciel et du pôle sur lequel ce drapeau flottait.

 

Rappelons que le président Obama avait désigné, en 2016, le Stonewall Inn, ce légendaire bar gai de Greenwich Village, comme monument national, en raison de sa place dans l'histoire des LGBTQ. 

L'importance du lieu est bien documentée sur le site web officiel du National Park Service des États-Unis, où l’on décrit le soulèvement de Stonewall, en 1969, et les émeutres qui ont suivies comme «un jalon important dans la quête des droits civils des LGBTQ».

Mais des échanges de courriels récemment publiés par E & E News, montrent qu’un an plus tard, les responsables de l’administration Trump hésitaient à arborer un drapeau arc-en-ciel sur le site, bien que le service des Parcs Nationaux ait fait l’achat pour la somme de 66 dollars d’un drapeau de 3 pieds sur 5 pieds qui devait flotter sur le Stonewall Inn ou dans le Parc aménagé devant..

Après l’annulation de l’inauguration officielle du lieu par le services des parcs et que des activistes de New York aient célébré la levée d’un symbolique et emblématique drapeau près du monument national, Todd Willens, alors sous-secrétaire adjoint à l'Intérieur, a demandé des explications. Il a finalement ordonné que le drapeau soit retiré.

Les courriels démontrent que Minerva Anderson, alors responsable de la communication pour les parcs nationaux du port de New York, a du se justifier sur la façon dont le drapeau a fini par voler sur une propriété fédérale, 5 jours avant une inauguration qui avait été annulée. «On nous a demandé de fournir sur le processus décisionnel et sur la manière qui ont mené à ce que le drapeau arc-en-ciel soit hissé sur un lieu historique fédéral», écrit-elle.

En fin de compte et après un échange d’une cinquantaine (?!?!) de courriels on en est venu à la conclusion que l’importance du site rendait l’affichage du drapeau approprié.

Plus particulièrement, les responsables fédéraux des sites et parcs nationaux ont argumenté que le mât du drapeau n’appartenant pas au gouvernement fédéral, ce dernier n’avait pas juridiction sur le drapeau qui y flotte. En fin de compte, le service des parcs a rapidement communiqué avec les autorités de New York et a fait un don précipité du pôle et de tous les drapeaux qui y flottent, y compris le drapeau arc-en-ciel qui avait été acheté au coût de 66$ par le service des Parcs Nationaux en vue de l’inauguration.

Bien que le gouvernement fédéral ne soit plus propriétaire du mat, il est situé dans le parc Christopher, un espace triangulaire de 0,12 acre situé juste en face du Stonewall Inn. Cela le place dans l'enveloppe de la zone du monument, qui couvre le terrain où l'insurrection de Stonewall a eu lieu. Et certains politiciens arguent qu’on devrait l’enlever du parc pour n’y laisser que les drapeaux des États-Unis et des Parcs Nationaux… Cela dit, ce n’et pas l’avis de la ville de New York.

«Nous avons collaboré avec les parcs urbains de New York pour gérer Christopher Park, nous leur avons donc offert le drapeau. Oy vey », a écrit la responsable de la communication pour les parcs nationaux.

Bob Vogel, directeur des opérations par intérim du NPS, a déclaré que Willens lui avait demandé de donner chaque drapeau à la ville, à l'exception du drapeau du Service des parcs nationaux. Cela comprenait un drapeau américain, un drapeau POW-MIA (le drapeau des vétérans) et le drapeau Arc-en-ciel.

«Inutile de dire qu'il existe une préoccupation importante quant à la manière dont cela passera dans la communauté», a écrit Vogel.

Michael Reynolds, alors directeur par intérim du NPS, est allé jusqu'à qualifier de «problème de sécurité nationale¢ le désaccord potentiel avec la communauté LGBTQ quant au retrait de l’implication du Services des Parcs Nationaux.

Rappelons que le vendredi 28 juin 2019 marque le 50e anniversaire du soulèvement de Stonewall, largement considéré comme le point de départ du mouvement moderne des droits des LGBTQ.

Des activistes à New York ont déclaré que les révélations de ces nouveaux courriels étaient alarmantes.

«Les autorités se lavaient les mains du projet dans son ensemble. C'était une ville folle; c'était choquant», a déclaré le militant Ken Kidd, qui avait travaillé avec les responsables du NPS lors de la cérémonie annulée de 2017 célébrant le drapeau.

Les e-mails aux NPS montrent une frustration généralisée à l’égard du renversement apparent de l’utilisation du drapeau par le gouvernement fédéral. 

Un citoyen a qualifié ces actions de «gifle» pour la communauté LGBTQ. Un autre a comparé le refus de brandir un drapeau arc-en-ciel à Stonewall au refus de porter un drapeau des vétérans de la guerre dans un cimetière militaire.

Ce n'est pas la seule fois ni la première fois où l'administration Trump s'est efforcée de se dissocier du drapeau arc-en-ciel. Rappelons que plus tôt en juin, l’administration Trump a ordonné que le drapeau ne soit pas hissé pendant le mois de la fierté dans les ambassades du monde entier, bien que beaucoup d’ambassades et de consulats l’ont fait qu’en même.