États-Unis

La Fed doit être plus ouverte, selon un haut responsable

Yannick LeClerc
Commentaires
Federal Reserve
Photo prise par © La Réserve fédérale américaine

Un haut responsable de la Banque centrale américaine s'est élevé contre le manque d'intégration et d'opportunités économiques dont souffre la communauté LGBT et a plaidé pour que la Réserve fédérale soit plus ouverte en la matière.

John Williams, président de la Fed de New York, a déploré dans un discours mardi qu'aux États-Unis le taux de chômage pour les gais, lesbiennes, bisexuels et transgenres soit presque deux fois plus important que la moyenne nationale, actuellement de 3,6%. « Et le taux de sans-emploi parmi les seules personnes transgenres est trois fois supérieur à celui de la moyenne nationale », a-t-il ajouté.

Il a souligné que près de la moitié des personnes LGBT ne sortaient pas « du placard » au travail, ne divulguant pas leur orientation sexuelle. « La principale raison pour laquelle les employés LGBT ne font pas état des commentaires négatifs qu'ils entendent à propos d'employés LGBT est parce qu'ils pensent que rien ne sera fait à ce propos », a-t-il regretté.

« Dans une culture où les gens ne croient pas que leur voix sera entendue, peu d'entre eux s'expriment », a poursuivi John Williams, ajoutant que « les fruits de la diversité ne seront pas recueillis dans une culture qui n'accepte pas les différences ».

« Créer l'égalité des chances au niveau national est un défi avec lequel les États-Unis continuent de se débattre, mais c'est à la fois la bonne chose à faire et la seule façon d'atteindre notre plein potentiel économique », a-t-il conclu. Il a ajouté que la Réserve fédérale avait pour priorité de devenir « plus ouverte et inclusive ».

Par exemple, la Banque centrale américaine a désormais  inscrit l'option d'utiliser un pronom personnel masculin ou féminin avec les signatures électroniques officielles de son personnel, alors que l'anglais comporte beaucoup de prénoms mixtes. « Cela peut sembler un détail, mais cela envoie un message fort sur le respect de l'autre », a estimé John Williams.