Brésil

Plusieurs centaines de milliers de personnes à la Gay Pride de Sao Paulo

L'équipe de rédaction , L'agence AFP
Commentaires
Sao Paulo Gay Pride
Photo prise par © Sao Paulo Gay Pride

Plusieurs centaines de milliers de personnes (voire plus d'un million selon certains observateurs) ont défilé dimanche pour la Gay Pride de Sao Paulo, l'une des plus importantes au monde, en dépit du climat politique conservateur au Brésil sous la présidence de Jair Bolsonaro.

 

« Je suis venue pour lutter contre l'homophobie et l'irrespect », a expliqué Monique Barber, 31 ans, qui affirme avoir été agressée verbalement au début de cette marche annuelle. « Nous avons un politicien homophobe et nous voyons les choses régresser. Imaginez, être agressée à la marche LGBT même », a-t-elle lancé.

Le président brésilien d'extrême droite Jair Bolsonaro, un ancien militaire, est connu pour des remarques homophobes et racistes. Entré en fonction le 1er janvier, il a qualifié d'« erreur » une décision de la Cour suprême du pays ayant criminalisé l'homophobie, mi-juin. Il est également devenu jeudi le premier président en fonction à participer au plus grand rassemblement évangélique du Brésil, la Marche pour Jésus, organisée à Sao Paulo.

« Je suis venue parce que j'ai de l'empathie et parce que je crois au respect des autres. Vous ne devez pas nécessairement être homosexuel pour cela », a confié Marina Fernandes, 19 ans, qui se présente comme hétérosexuelle et participe à sa première Gay Pride.

Tout au long de l'Avenida Paulista, les fêtards ont défilé autour de 19 chars sur lesquels se produisaient la Spice Girl Mel C, et des artistes brésiliens comme Karol Conka, Iza and Luisa Sonza.

Les rues avaient été décorées pour l'occasion, et les personnages rouges et verts des feux pour piétons avaient été transformés en couples de même sexe. Un poste médical arborait un énorme arc en ciel et certains magasins se sont joints aux festivités avec des vitrines aux couleurs du mouvement pour les droits LGBT. « Les préjugés ont un remède, l'éducation», pouvait-on lire sur le char de tête du défilé.

Rédaction avec AFP