La haine n'aura jamais le dernier mot

SOS homophobie lance une opération anti-haine sur les réseaux sociaux

L'équipe de rédaction
Commentaires
La haine

"La première façon de combattre l’homophobie, c’est de lui répondre". C’est le message fort que lance SOS homophobie sur les réseaux sociaux avec l’opération "La haine n’aura jamais le dernier mot".

En quelques années, Internet est devenu le théâtre de violences quotidiennes où des propos humiliants et insultants sont publiés chaque jour à l’encontre des personnes LGBT.

Depuis 2010, c’est le premier contexte dans lequel s’expriment les LGBTphobies dans le rapport publié chaque année par SOS homophobie.

Des insultes émises, trop souvent, en toute impunité alors qu’elles sont répréhensibles par la loi.

Les comptes aux propos homophobes ne sont pas toujours identifiés et bloqués à temps. La situation est très alarmante : en 2018 en France, 30 millions de post homophobes ont été recensés sur les réseaux sociaux.

Depuis le 24 juin et jusqu'au 29 (journée de la Marche des Fiertés de Paris), des dizaines de volontaires se sont coordonnés et réunis pour mener cette opération.

Elles et ils ont d’abord remplacé leur photo de profil Twitter par les 6 couleurs du drapeau LGBT. Chaque tweet LGBTphobe identifié reçoit alors 6 morceaux de réponse consécutive formant 1 seul message : "Tous unis, nous sommes plus fort que l’homophobie", ce message est signé par SOS homophobie avec un 7e et dernier tweet : "La haine n’aura jamais le dernier mot".

"Cette opération vise à démontrer que l’union fait la force, avec 6 couleurs plus fortes que la haine et 1 message plus fort que l’intolérance. Les LGBTphobies n’ont pas leur place sur les réseaux sociaux", explique SOS homophobie qui invite chacune et chacun à répondre positivement et à sa manière à toute forme d’intolérance.

Avec cette opération, SOS homophobie dénonce cette violence morale et prône haut et fort qu’aucune insulte LGBTphobe ne devrait rester sans réponse.

Cette opération digitale a été conçue par TBWA\Paris pour SOS homophobie.