Grande-Bretagne

Voici comment réagirait le Prince William si l’un de ses enfants était gai

L'équipe de rédaction
Commentaires
Prince William
Prince William
  • Prince William
  • Prince William

Lors de la visite d’une association qui vient en aide aux jeunes sans domicile fixe LGBT+, le Prince William a été interrogé sur l’éventualité d’un.e descendant.e gai.e dans l’ordre d’accession à la couronne britannique.


 

Voilà qui nous rassure pour George, Charlotte et Louis. Les trois enfants du duc et de la duchesse de Cambridge devraient grandir dans l’acceptation de leur famille, dans le cas où l’un d’eux viendrait à faire son coming-out. C’est en tout cas ce que l’on retient de la visite du prince William à la Albert Kennedy Trust, une association britannique qui vient en aide aux jeunes SDF LGBT.

Un jeune du foyer où s’est rendu le prince William lui a en effet demandé comment il réagirait si l’un de ses trois enfants était gay. «C’est quelque chose qui me rend anxieux, a répondu le duc de Cambridge. Je suis inquiet, mais pas parce qu’ils seraient gais». Il a ensuite précisé s’inquiéter  «en tant que parent» des «mots de haine, du harcèlement et des discriminations qui pourraient survenir».

Le probable futur monarque a ensuite ajouté : «J’aimerais que nous vivions dans un monde où c’est normal et cool. Ce qui me rend particulièrement anxieux pour eux, c’est la position que notre famille occupe». Il faut dire que la Couronne britannique évolue pas à pas sur le sujet. Certes, Elisabeth II a anobli dès 1998 Sir Elton John, ouvertement gai. Mais pour ce qui est de ses propres rangs, les changements sont bien plus récents. 

La loi britannique sur le mariage pour tous a obligé en 2013 les lois royales vieilles de 700 ans à changer. Et notamment à prévoir qu’un conjoint de roi obtiendrait un autre titre que celui de «reine». En 2018, le premier mariage entre personnes de même sexe a été célébré dans la famille royale.

Mais un futur roi gai ou une future reine lesbienne serait, en plus du Royaume-Uni, à la tête du CommonWealth. Or, une dizaine de pays de cette communauté de nations criminalisent encore l’homosexualité, via des lois souvent héritées de l’empire colonial britannique. Ce qui pourrait évidemment compliquer la mission d’un souverain homosexuel.

Une situation qui aura le temps d’évoluer, d’ici que le prince George, héritier direct de la couronne après son grand-père Charles et son père William, accède au trône. Dans le cas où celui-ci serait gai, évidemment.