Israël

Appels à limoger un ministre pro-thérapies de conversion pour homosexuels

L'équipe de rédaction
Commentaires
Le ministre israélien de l'Education Rafi Peretz
Photo prise par © Le ministre israélien de l'Education Rafi Peretz

Le ministre israélien de l'Education Rafi Peretz a déclaré être en faveur des "thérapies de conversion" des homosexuels, provoquant des appels à son limogeage. 

Ces propos, tenus samedi lors d'une interview retransmise sur la chaîne 12 de la télévision israélienne, s'ajoutent à d'autres déclarations controversées du ministre à la tête du parti religieux nationaliste "Foyer juif".

Interrogé pour savoir s'il était en faveur des "thérapies de conversion" et s'il pensait pouvoir "changer un homosexuel", Rafi Peretz, également rabbin, a répondu: "Je pense qu'on peut (...) J'ai une connaissance approfondie de l'éducation et je l'ai fait aussi". Il a évoqué le cas d'un étudiant qui lui a confié être homosexuel et à qui il a conseillé de "bien réfléchir".

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui a accueilli au sein de son gouvernement l'Union des partis de droite dirigée par Rafi Peretz après les législatives du 9 avril, a officiellement condamné ces propos. "Les propos du ministre de l'Education sur la communauté LGBT ne sont pas acceptables et ne reflètent pas la position du gouvernement que je dirige", a-t-il déclaré samedi soir dans un communiqué.

Mais il n'a manifesté aucune intention de limoger le ministre comme l'ont demandé des membres de l'opposition. "Vous n'êtes pas le ministre de l'Education mais celui de l'obscurantisme (...) J'appelle Netanyahu à vous limoger immédiatement", a déclaré Nitzan Horowitz, chef du parti de gauche Meretz et lui-même ouvertement homosexuel.

Benjamin Netanayhu a déclaré avoir parlé à Rafi Peretz "qui a précisé ses remarques et souligné que le système éducatif israélien continuerait à accepter tous les enfants tels qu'ils sont, sans lien avec leur orientation sexuelle". Les "thérapies de conversion" ont été largement reconnues, y compris par le ministère de la Santé israélien, comme non scientifiques et potentiellement préjudiciables pour les jeunes.