Canada - Purge

L'État va indemniser 718 victimes de discrimination LGBT au sein de la fonction publique, la police et l'armée

L'équipe de rédaction
Commentaires

718 personnes LGBT ont demandé à recevoir l'indemnité de compensation du gouvernement fédéral - allant de 5 000 à de 175 000 dollars canadiens - en réparation de la chasse aux sorcières menée dans la fonction publique, la police et l'armée entre 1945 et 1996.

Cette indemnité avait été annoncée par le Premier ministre libéral Justin Trudeau en novembre 2017, suite à un recours collectif engagée par trois ex-militaires, parmi lesquels on comptait Martine Roy.

Rappelons qu'en vertu de politiques qui ont pris racine dans les années 50 et qui se sont poursuivies jusqu'au début des années 90, des organismes fédéraux ont enquêté, sanctionné et parfois licencié des membres gais et lesbiennes des Forces armées canadiennes, de la GRC et de la fonction publique, parce qu'ils étaient jugés inaptes. 

Beaucoup de ceux qui ont conservé leur emploi ont été rétrogradés, ont été oubliés pour des promotions ou ont vu leur cote de sécurité annulée.

Les autorités craignaient à l'époque que la prétendue « faiblesse de caractère » des employés homosexuels les exposait à un chantage dans le climat de tension de la guerre froide.

«Cette mentalité était évidemment sans fondement et empreinte de préjugés. Malheureusement, elle a donné lieu à une véritable chasse aux sorcières», avait déclaré le premier ministre Justin Trudeau en présentant les excuses du gouvernement fédéral à la Chambre des communes en novembre 2017.

En tout, 718 personnes ont déposé les documents nécessaires pour l'indemnisation dans le délai imparti selon un règlement finalisé en 2018. Ce règlement comprenait une somme globale de 50 millions à 110 millions pour les victimes de la purge. Les personnes admissibles pourraient recevoir de 5000 à 175 000 $, selon la gravité de leur cas. Certaines d'entre elles ont déjà reçu un chèque.