Jusqu’au 1er septembre

Zïlon se dévoile en quelques traits

Yves Lafontaine
Commentaires
Zilon
Photo prise par © Kahl Sutherland ard
Zïlon
Photo prise par © Michel Bazinet
  • Zilon
  • Zïlon

Artiste multidisciplinaire comptant le graffiti,  l'art de performance et la musique parmi ses champs d'action en plus de la peinture, Zïlon a participé à de nombreux événements et expositions d'envergure de New York, Tokyo, Paris et Londres en plus de décorer les murs et ruelles de Montréal, et ce, depuis les années 1970. À l'occasion de l'expo Zïlon et le Montréal underground  à l’Écomusée du Fier Monde, l’artiste a  répondu à nos questions...

D’où est venue l’idée de cette exposition ?
Mon agent trouvait que c'était le temps qu'il y ait quelque chose de fait.  Il semble que plusieurs trouvent que le peu de visibilité que j'ai eu n'avait pas d'allure. C'est après quelques rencontres avec René Binette, directeur de l'Écomusée que l'idée est venue. L'Écomusée nous a donc ouvert les portes pour cette exposition et étant donné que je fais partie du patrimoine (rires)... le lien était là!
 
Y a-t-il des œuvres que tu as redécouvert ou vu d'une manière différente ?
C'est surtout le fait de redécouvrir les œuvres plus anciennes comme celles des années 70 et 80 qui était intéressant.
J'ai l'impression de redécouvrir une partie de ma vie. 
 
Qu’est-ce qui fait courir Zïlon encore en 2019 ?
Entre la panique et la magie, l’instant de survivre..  
 
Zilon
 
Ce que tu détestes par-dessus tout ?
L'idiotie.
 
Ta plus grande qualité ?
Être généreux, bien que les autres ne le sont pas toujours en général.
 
Ton plus grand défaut ?
Tout le monde en a.  En même temps les défauts deviennent des qualités et inversement.  
Ça dépend du contexte. Disons que je suis bien avec moi-même.
 
Te considères-tu comme quelqu’un de connecté ?
Oui. Je ressens les «parfums» des modernités... les tendances passagères. Je reste ouvert aux nouvelles possibilités.
J'essaie d'être à l'affût des tendances.
 
Le héros de fiction auquel tu aimerais ressembler?
Lone Sloane (un personnage récurrent dans les bandes dessinées de Philippe Druillet).
 
La job que tu as toujours rêvé de faire, même si tu fais autre chose à présent ?
Produire des films d’horreur.
 
Ton héros dans la vie réelle ?
Personne en particulier.
 
La chanson que tu chantes sous la douche ?
Des segments de la trame sonore du film Orange    
Mécanique de Stanley Kubrick
 
Ton film culte ?
Orange Mécanique de Stanley Kubrick
 
Le talent que tu aimerais avoir ?
Si je pouvais, je serais virtuose dans tout.   
 
Si tu étais un quartier de Montréal ?
Chinatown.  J'adore.
 
Ton restaurant préféré ?
Le resto Ishi, sur Amherst (ou Atateken).
 
Ton bar préféré ?
Quand il existait, Le Business, sur le boulevard Saint-Laurent. En particulier l’année 1987.
 
Quelle est la chose que tu changerais en premier si tu étais maire de Montréal?
Plus de verdure dans la ville, des arbres et des espaces verts.
 
Autre ville préférée et pourquoi ?
Tokyo, évidemment, pour sa folie créatrice
 
Décris-nous ton style en une phrase
Le style «Comic book» 
 
Parmi les nombreuses collaborations avec d’autres artistes, y en a-t-il une en particulier que tu chéris le plus?
La collaboration live, avec Nicolas Degennes pour le lancement d'une gamme de maquillage pour GIVENCHY à Paris 2013 .
(Zïlon avait réalisé trois oeuvres monumentales pour l’occasion).
 
Des projets futurs?
J'ai beaucoup aimé mon expérience avec Ubisoft.  Ce que j'aimerais, c'est un autre projet comme ça, grandiose et magique.  
On verra quelles portes s'ouvriront devant moi.
 
Quelle question aimerais-tu qu’on te pose en entrevue et qu’elle en serait la réponse?
Qu'est-ce qui te fait vivre?  Créer.  
 
Zilon
 
Zïlon et le Montréal underground jusqu’au 1er septembre 2019, à l’Écomusée du fier monde, 2050, rue Amherst. ecomusee.qc.ca