Arts visuels - Du 5 au 21 août

Découvrir les bispirituels par l’art

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
BISPIRITUEL.LES PAR L’ART
oeuvre
  • BISPIRITUEL.LES PAR L’ART
  • oeuvre

On en entend souvent parler. On les mentionne souvent par 2S dans l’acronyme LGBTQ2S+ mais sait-on réellement qui ils et elles sont. Pour beaucoup, ils et elles auraient même disparu avec l’arrivée des colons et ne seraient plus qu’un élément folklorique d’une culture qui n’est plus. Erreur grave. Les bi-spirituel.les sont toujours présent.es dans les communautés autochtones, mais méconnu.es à l’extérieur. Le Centre international d’art contemporain de Montréal (CIACM) en partenariat avec les festivals Présence autochtone et Fierté Montréal, présente, du 5 au 21 août prochain, La bi-spiritualité dans les communautés autochtones au CDEx, de l’UQAM pour les expositions et des projections de films, et au bar-cabaret Vol de Nuit pour les conférences.

Buffalo BoyUne idée qui a germé chez le directeur du CIACM, Claude Gosselin, qui considère que les bi-spirituel.les sont mieux connus dans l’ouest du Canada que dans la belle province. Et comme l’homme est connu pour être un amateur d’art chevronné, quoi de mieux que faire découvrir cette partie d’une culture méconnue par l’art. «C’est d’abord par curiosité personnelle que je me suis intéressé aux bi-spirituel.les, explique Claude Gosselin, et je me suis rendu compte qu’excepté des expositions au Centre Never Apart et à la Guilde, il n’y avait pas grand-chose à propos d’eux». Avec Présence autochtone, Claude Gosselin a réuni plusieurs artistes autochtones, dont des bi-spirituel.les, ou qui s’intéressent à ce groupe culturel.
 
Parmi les artistes majeur.es présents, notons la présence d’Adrian Stimson qui non seulement présentera ses œuvres sous le titre Naked Napi (Napi nu et autres histoires) en plus de se livrer à une performance, en préparation au moment d’écrire ces lignes, appelé Naked Napi Big Game Hunter. Adrian Stimson est bi-spirituel, membre de la Nation des Siksika, connue aussi sous le nom de "Blackfoot". «Pour lui, la sexualité était totalement intégrée dans la culture de sa nation, dans les contes et les histoires, commente Claude Gosselin, et l’artiste pense que les occidentaux qui ont rencontré pour la première fois des bi-spirituel.les n’ont pas apprécié de voir des hommes habillés en femme avoir autant de pouvoir, cela représentait pour eux surement une menace.»
 
Autre événement important, la présence de Ma-Nee Chacaby, une femme bi-spi-rituelle lesbienne au parcours étonnant. Provenant de la communauté ojibwé-crie du nord de l’Ontario, adoptée par une famille canadienne francophone, elle retourne à l’âge de deux ans vivre avec sa grand-mère qui a déjà décelée les deux esprits chez Ma-Nee Chacaby, aujourd’hui considérée comme une aînée conteuse d’histoires et guérisseuse d’âme par l’art. Aussi bien Adrian Stimson que Ma-Nee Chacaby seront présents pour des rencontres avec le public, les deux abordant leur parcours particulier et mouvementé. Ma-Nee Chacaby, coprésidente d’honneur cette année de Fierté Montréal, participera aussi à un colloque au Centre Saint-Pierre sur les identités bi-spirituelles le mardi 4 août à 18h.
 
Plusieurs films autochtones seront présentés au cours de cet événement, quelques-uns portant sur la bi-spiritualité. Des conférences-performances sont aussi programmées, entre autres avec le sociologue et critique d’art Guy Sioui Durand. Selon ce spécialiste de l’art autochtone, cet art peut changer notre vision des choses. Avec lui, l’artiste multidisciplinaire Soleil Launière, innu originaire de Mashteuiatsh, alliera le chant, le mouvement, le théâtre et l’audiovisuel expérimental. Guy Sioui Durand et Soleil Launière se sont associé.es pour créer cette conférence-performance Entre chair et corps.
 
Pendant plus de quinze jours, les artistes autochtones invité.es vous feront ainsi découvrir un pan d’une culture trop longtemps occultée et qui pourtant nous touchera. Sans aucun doute, elle bousculera nos conceptions trop occidentales sur le genre et la non-binarité. En plus de découvrir l’incroyable créativité dans toutes les sphères artistiques, de la peinture à la danse en passant par le chant, le cinéma et la littérature.
 
Au CDEx de l’UQAM (405 Ste-Catherine / St-Denis Pavillon J-Jasmin) du 5 au 21 aout 2019.