Infos

La prévention du VIH et d’autres ITSS dans les parcs de Québec

Éric Whittom
Commentaires
Christopher Vincent avec Francis Lessard

Depuis plus d’une dizaine d’étés, un intervenant du MIELS-Québec sillonne durant le jour, du lundi au vendredi, les parcs situés dans la ville de Québec. Jusqu’à la mi-août, il sensibilisera les hommes ayant des relations sexuelles et/ou affectives avec d’autres hommes (HARSAH) à l’importance de se protéger pour éviter de contracter le VIH ou d’autres infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) comme la chlamydia, la gonorrhée ou la syphilis. 

Cette année, Christopher Vincent occupe le poste d’intervenant à la prévention dans les parcs grâce à une subvention du gouvernement fédéral via son programme Emplois d’été Canada. Il vient de terminer sa première année au baccalauréat en psychoéducation à l’Université Laval. «?Je suis là pour guider les HARSAH qui fréquentent les parcs et leur donner certaines ressources, notamment en matière de prévention du VIH et des autres ITSS?», explique-t-il en entrevue à Fugues.
 
Une fois par semaine, il est accompagné de Francis Lessard, intervenant HARSAH au MIELS-Québec. Ce dernier a effectué le même genre de travail pour l’organisme communautaire TRIP Jeunesse Beauport en 2017 et 2018. Il rappelle à Fugues que la prévalence du VIH est plus élevée chez les HARSAH. «?Certains HARSAH ne se protègent pas. Pourtant, ils ne savent pas si leurs partenaires occasionnels sont aux prises avec le VIH ou d’autres ITSS. Ces dernières peuvent être présentes sans que des symptômes se manifestent, d’où l’importance d’un dépistage régulier du VIH et d’autres ITSS.?»
 
L’intervenant à la prévention dans les parcs se rend dans les parcs reconnus pour la présence d’HARSAH. Pour prévenir les actes homophobes, Francis Lessard préfère ne pas dévoiler le nom des parcs. «?Ce sont généralement des HARSAH plus âgés qui fréquentent les parcs. Les jeunes qui utilisent les applications de rencontre y sont moins présents. Certains hommes plus âgés fréquentent les parcs pour briser leur isolement social, parce qu’ils sont tannés de sortir dans les bars gais. On retrouve aussi des hommes qui ne veulent pas dévoiler leur orientation sexuelle à leur entourage ou qui sont mariés avec une femme.?» 
 
Au cours de ses sorties, l’intervenant à la prévention dans les parcs si-gnifie sa présence aux HARSAH. Il leur explique son mandat de pré-vention, leur distribue des condoms s’ils en ont de besoin et discute avec eux d’autres stratégies de prévention comme le dépistage du VIH et d’autres ITSS ou la prophylaxie préexposition (PrEP). Il leur mentionne aussi sa disponibilité s’ils ont des questions sur leur santé sexuelle ou leur orientation sexuelle. Il peut les orienter vers d’autres organismes communautaires pour répondre à leurs besoins spécifiques. 
 
Interventions non moralisatrices
L’intervenant du MIELS-Québec ne demande pas aux HARSAH de cesser leur pratique. «?MIELS-Québec n’endosse pas la pratique du sexe à l’extérieur et devant tout le monde, précise Francis Lessard. Toutefois, l’intervenant à la prévention dans les parcs n’est pas là pour taper sur les doigts des HARSAH qui ont ce genre de pratique. Il ne va jamais appeler la police. Ses interventions visent avant tout à prévenir la transmission du VIH et d’autres ITSS chez cette clientèle.?» 
 
Le MIELS-Québec rencontre annuellement les autorités du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ). À cette occasion, il leur signifie la présence de son intervenant dans les parcs de la ville de Québec, leur explique son travail et les sensibilise à la réalité des HARSAH dans les parcs. L’intervenant à la prévention dans les parcs siège au comité Sécuri-Parc de l’arrondissement de La Cité-Limoilou en compagnie de policiers en vélo attitrés à la surveillance des parcs et de travailleurs de parc qui interviennent auprès des jeunes. 
 
Pour plus d’informations, les HARSAH qui fréquentent les parcs peuvent communiquer en toute confidentialité avec le MIELS-Québec sur sa ligne téléphonique INFO-VIH au (418) 649-0788 ou par texto au (581) 705-6883.