Pologne

Les organismes LGBT réclament une table ronde sur leurs droits

Yannick LeClerc
Commentaires
Tant Sobecki
Photo prise par © Tant Sobecki

Des organisations polonaises de défense des personnes LGBT ont demandé samedi une table ronde sur leurs droits, lors d'une manifestation contre la violence homophobe tenue une semaine après l'attaque de militants ultranationalistes contre une Gay Pride qui s’est déroulée une semaine plus tôt en province.

« Nous proposons une table ronde avec tous les partis et mouvements politiques », a dit Hubert Sobecki, leader de l'organisation « Milosc nie wyklucza » (L'amour n'exclut pas), devant un millier de personnes réunies au pied de la tour stalinienne du Palais de la Culture à Varsovie et agitant des drapeaux arc-en-ciel et ceux de l'Union européenne.

L'idée d'une table ronde évoque les négociations historiques de 1989 qui ont conduit à la chute du communisme et à l'avènement de la démocratie en Pologne.

Tant Sobecki (photo), que d'autres orateurs, dirigeants de mouvements antifascistes et antihomophobie, ont critiqué le parti conservateur Droit et Justice (PiS) au pouvoir en Pologne, ainsi que l'Église catholique, accusés d'encourager l'hostilité à l'égard des homosexuels au nom de la lutte contre « l'idéologie LGBT ».

Ils n'ont pas épargné non plus les partis d'opposition, dont la Plateforme Civique (PO, centriste), qui avait dirigé la Pologne pendant de longues années, l'accusant d'indifférence à l'égard de leur cause.

Sobecki a remis publiquement à un député de la PO, Michal Szczerba, une déclaration adoptée en mars par 27 organisations et énumérant des projets de loi destinés à promouvoir l'égalité en droit des personnes LGBT (lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres).

Les incidents d'il y a une semaine à Bialystok (nord-est), accompagnés de jets de pierres, de pétards et de bouteilles sur les participants à la Gay Pride, n'ont pas fait de blessés graves, mais des vidéos montrant des jeunes musclés frapper des adolescents ont soulevé une vague d'émotion dans le pays.

« Je ne suis pas homosexuelle, mais j'ai plusieurs amis LGBT et j'ai senti que mon devoir était d'être là », a confié à une journaliste étrangère Katarzyna, une Varsovienne trentenaire, qui portait un panneau déclarant « LGBT c'est nous ». 

La manifestation de Varsovie, entourée par un important dispositif policier, s'est déroulée sans incident. Des actions de soutien similaires ont été organisées samedi dans plusieurs villes de Pologne et un rassemblement national était prévu dimanche à Bialystok.